15 ANS, toujours vivant !
Notre manifeste

La recharge électrique, nouvel argument, filtre ?

Publié le 3 novembre 2021
5 min

La mobilité est un sujet qui revient décidément beaucoup sur la table ces derniers temps ! Vous l’avez vu, remarqué, les constructeurs automobiles ont ces derniers très largement axé leur communication sur leurs nouveaux modèles électriques, hybrides, mais très peu dorénavant sur des modèles essence ou diesel, mettant du même coup de côté les poncifs sur la puissance, le vrombissement du moteur, les aspects « macho » de la voiture.

Greenwashing ou pas, écologiquement responsable ou pas (les batteries, leur recyclage, la provenance de l’énergie qui les alimentent, autant de débats sur lesquels on lit tout et son contraire…), là n’est pas le débat pour ce billet. Le mouvement est largement enclenché, notamment avec l’interdiction proposée par Bruxelles de vendre des véhicules thermiques à partir de 2035. Certains constructeurs ont d’ores et déjà anticipé cette date et s’engagent pour 2030. Les prix se démocratisent et vont continuer à baisser, l’investissement supérieur s’amortit par des charges moins importantes, et la part de marché en Europe des véhicules électriques a plus que doublé en un an (7,5% des immatriculations au premier semestre 2021).

Enfin et surtout, les réseaux de bornes de recharge se développent largement : au sein des villes, dans les copropriétés ou habitats individuels, dans les entreprises, avec des aides substantielles. TotalEnergies affirme vouloir équiper ses stations-services sur les autoroutes et les voies express de bornes de recharge haute puissance, avec un investissement de 200 millions d’euros. Tesla est prêt à mettre de côté l’indéniable avantage de son réseau de superchargeurs exclusivement réservé aux possesseurs de ses Model S3XY, pour permettre aux véhicules d’autres marques d’en profiter, avec une première expérimentation aux Pays-Bas. Les différents gouvernements et collectivités investissent eux aussi, pour vaincre la peur du long trajet et de la panne sèche, et finir de convaincre ainsi une part grandissante des consommateurs.

Mais si à domicile, en entreprise, sur les longues transhumances de vacances ou week-ends la question de la recharge semble en voie de résolution, qu’en est-il une fois sur le lieu de villégiature ? Va-t-on pouvoir se recharger pour se balader sur place, faire ses courses, ou reprendre la route du retour jusqu’à une borne de grande capacité sur autoroute ? Et à quel prix !

Le pionnier en la matière, Tesla, présente au même titre que chacun de ses Model, une rubrique « Recharge » dans son site, argument de vente essentiel, et une sous-rubrique ainsi qu’une cartographie des « Points de recharge à l’arrivée« .

On constatera que bien souvent, ces points de recharge à l’arrivée sont constitués d’hôtels, relativement haut de gamme, qui ont investi ces dernières années pour attirer une clientèle aisée qui correspond à leur service. J’ai d’ailleurs le souvenir en 2016, à l’occasion d’une intervention pour la Convention du groupes « Châteaux et Hôtels Collection » devenu depuis « Les Collectionneurs », de deux hôteliers témoignant de la mise en place de telles bornes qui attiraient indéniablement ou week-end ou pour déjeuner d’affaires une clientèle de possesseurs de Tesla, garantie à l’époque d’un panier moyen bien fourni. C’est certes un peu moins vrai avec l’apparition des deux derniers Model du constructeur américain.

D’ailleurs, de nombreux portails d’hébergement ont intégré ce nouveau filtre à leur recherche : Booking (155 hôtels concernés à Paris, majoritairement trois et quatre étoiles), Airbnb depuis cet été (26 logements listés par exemple à Arcachon, 127 à Nice) ou encore Gîtes de France qui le met même en tête des filtres « Services » (121 Gîtes équipés sur 47 203 listés sur le portail national).

Mais si l’on ne souhaite pas réduire son choix à ce filtres encore très discriminant, il va falloir recourir à d’autres outils. Chargemap semble pour l’instant être l’un des acteurs qui référence le plus grand nombre de bornes accessibles, avec les tarifs très variables selon les divers exploitants, l’accès (réservé ou non aux seuls clients) et une communauté qui atteste ou non du bon fonctionnement des bornes. Bref, cela peut prendre un peu de temps pour trouver la bonne solution.

Qu’en est-il donc des sites institutionnels ? On s’attendrait sans surprises à trouver ces éléments dans une classique rubrique « Informations pratiques », et/ou un sous-rubrique « Accès, comment venir, … ». J’ai donc effectué une basique recherche « office de tourisme véhicules électriques borne » sur Google (en étant connecté, ce qui biaise forcément les résultats si vous faites le même). Les installateurs de bornes viennent truster les annonces et quelques bonnes positions, mais on retrouve essentiellement les sites des collectivités (Communautés de communes, Agglomérations ou Métropoles) qui exposent leurs investissements en la matière (Lille, Reins, Grenoble, Hyères, Le Havre, Rouen, le Vercors, Roanne, Frontignan, … en ce qui me concerne sur les deux premières pages) mais très peu d’organismes institutionnels.

J’ai listé Lozère Tourisme qui présente une rubrique ad hoc avec une cartographie et semble bénéficier de la présence d’un opérateur opérant sur l’ensemble de la Région Occitanie, L’Office de Tourisme Cèze Cévennes, dans la même région avec le même opérateur, mais qui présente un simple listing sans lien vers la cartographie, à vous de faire le boulot, Le Havre Étretat qui propose une sous rubrique renvoyant simplement vers le site de la ville, ou encore Les Gets, qui insiste sur la gratuité de la recharge et en bonus, la réduction du forfait journée qui passe de 44 à 35€ pour les quatre occupants du même véhicule.

Bref, l’information reste encore bien parcellaire (emplacement exact, tarif) et souvent complexe à dénicher sur le site ou ceux des collectivités, l’impossibilité de réserver un créneau de recharge pourra générer du stress (surtout en stations de ski, tant le froid peut vite faire baisser la capacité des batteries) alors que le parc grandit de façon importante.

Il s’agit donc probablement d’un nouveau « POI » à développer dans les bases de données, probablement sur la base de partenariats avec des opérateurs existants, et d’un filtre à ajouter sur des POI existants (hébergements, restaurants, commerces, …). Va-t-on demain réfléchir également à l’implantation de bornes au départ des grands itinéraires de randonnées, sur les parkings aménagés mais encore rarement pourvus ? Intégrer cette donnée dans les « roadtrips » proposés ? Fournir des avantages spécifiques comme la Station des Gets ? N’hésitez pas à nous faire part en commentaire de vos projet et/ou réflexions sur ces questions si vous y travaillez !

Je partage l'article
Voir les commentaires
4
362 articles
Ludovic a démarré sa carrière en Auvergne, à l’Agence Régionale de Développement, puis dans un cabinet conseil sur les stratégies TIC des collectivités locales. Il a rejoint en 2002 l’Ardesi Midi-Pyrénées (Agence du Numérique) et a plus particulièrement en charge le tourisme et la culture. C'est dans ce cadre qu'il lance les Rencontres Nationales du etourisme institutionnel dont il organisera les six premières éditions à Toulouse. À son compte depuis [...]
Voir les 4 commentaires
Également sur etourisme.info