Comment suivre le train infernal de l’IA?

Publié le 1 juillet 2024
3 min
Depuis fin 2022 avec l’irruption de Chat GPT, le train de l’Intelligence Artificielle mène grande vitesse. Il faut s’accrocher pour suivre l’actualité et s’adapter. Entretien avec Pierre Bellerose qui a initié au Québec un groupe de travail sur le sujet.

Sur ce coup, les cousins de la Belle Province sont précurseurs. Comme l’expliquait Paul Arseneault dans ce billet judicieusement intitulé « Dompter l’IA par la création d’un groupe de travail!« , l’initative est venue cet hiver. Au tournant de 2024, Pierre Bellerose préparait son exercice annuel consistant à écrire un billet sur les tendances du tourisme. L’écoute assidue de podcasts et la lecture d’articles variées a agi comme un révélateur sur l’immensité de la révolution amenée par l’Intelligence Artificielle. « Un vrai choc émotif« , nous raconte-t’il : « J’ai ressenti la même exitation qu’en 1994, alors que jeune professionnel à Tourisme Montréal, j’ouvrais le premier site Internet de destination ».

D’où l’initiative de créer un groupe de travail sur le sujet, dès le mois de février de cette année. Un groupe qui devienne selon les mots de Paul « vigie de l’industrie touristique québécoise afin de préparer notre secteur à accueillir les innovations de l’IA, non comme des vagues déferlantes venant bouleverser nos plages tranquilles, mais comme des courants marins qui guident les navires vers de nouveaux horizons.« 

Monter un groupe de travail sur un nouveau sujet, la belle affaire, me direz-vous! rien d’étonnant à celà, rien d’innovant non plus.

Sauf qu’au lieu de se contenter d’agréger quelques figures bien connues du milieu, Pierre lance une invitation ouverte sur ses réseaux : « en quelques jours, ce ne sont pas moins de 125 personnes qui se déclarent intéressées par le sujet, et qui veulent être associées ». A l’échelle d’un Québec peuplé de 8,5 millions d’habitants, cet engouement est assez exceptionnel.

Un groupe de travail qui se structure rapidement

« Par rapport aux autres provinces du Canada, l’industrie touristique québécoise est essentiellement constituée de petites entreprises qui n’ont pas en interne des services de R&D capables d’adopter l’IA au quotidien« . Ceci explique cet intérêt pour un lieu d’échange sur le sujet. Rapidement, le groupe de travail se structure. Le MTLab (dédié à l’innovation) offre son appui technique et logistique. La mission du groupe de travail est ainsi exprimée : « Être un agent multiplicateur qui participe activement à faire du milieu touristique du Québec un écosystème fertile en innovation d’affaires en lien avec l’Intelligence artificielle. »

Cinq thématiques émergent : le marketing, l’accueil et l’expérience client, ainsi que les Ressources Humaines. Un comité va ainsi travailler sur chacune de ces thématiques.

Cent jours après la création du groupe de travail sur le tourisme et l’intelligence artificielle, le nombre d’abonnés à la newsletter (infolettre en québécois) est soutenu, et un site Internet flambant neuf est en ligne : https://iatourisme.com/. Un site réalisé en grande partie grâce aux outils d’intelligence artificielle (avec notamment une traduction automatique en langue anglaise qui est bluffante). Ce site web a été rendu possible grâce à la venue dans ce groupe de travail de personnes nouvelles, tel Jean-Philippe Duscheneau, ex avocat et nomade geek, passionné d’IA et de tourisme.

Le siteiatourisme.com

S’ouvrir à la francophonie

Après l’été, les membres du groupe de travail et le MT Lab, en collaboration avec le ministère du Tourisme du Québec, lanceront une tournée des régions pour discuter de l’IA dans le tourisme avec les différents acteurs du milieu.
Si l’on demande à Pierre Bellerose comment le groupe entend contribuer au développement de la connaissance de l’IA dans l’industrie touristique québécoise, sa réponse est claire « sensibiliser, grâce à nos travaux, notre site, nos évènements. C’est la première étape. Il faudra ensuite expérimenter, et le MT Lab sera l’outil idoine pour celà. Et enfin, il faudra former les personnels à la bonne utilisation de l’Intelligence Artificielle ».

Un autre objectif serait de dupliquer l’initiative dans d’autres pays francophones, afin de pouvoir échanger sur la perception et l’utilisation de l’IA dans le tourisme. Le projet est en train de murir, rapidement, « car ce qui a mis cinq ans à émerger sur Internet met quelques mois avec l’IA« . Ca tombe bien, Pierre Bellerose et ses compères ont décidé de monter dans le train à grande vitesse!

Je partage l'article
Voir les commentaires
0
788 articles
Jean Luc Boulin est consultant en tourisme : Intervention auprès des élus et des prestataires touristiques, coaching, accompagnement des équipes et des directions sont ses principaux champs d'intervention. Avec deux exigences : se mettre à la place du client et oser l'innovation. Directeur de l’office de tourisme de l’Entre-deux-Mers (Gironde) et du pays d’accueil touristique du même nom pendant plus de dix ans, Jean Luc Boulin a dirigé la MONA [...]
Voir les 0 commentaires
Également sur etourisme.info