15 ANS, toujours vivant !
Notre manifeste

Au prix où sont les vidéos cette saison…

Publié le 26 septembre 2011
2 min

…Vous feriez bien de les valoriser ! Je m’explique : ce media prend une part croissante dans votre univers web et dans le web en général (97% de la bande passante occupée par la vidéo en 2015 selon une annonce d’Antoine Chotard d’AEC). Or il me semble que d’abord conçu pour du texte, puis ouvert à des photos et plus récemment à des contenus enrichis, le web n’offre pas une place pleinement satisfaisante aux vidéos.

Mais où sont les vidéos ? Telle la recherche de Charlie dans une page, je guette l’onglet ou le module vidéo sur vos home pages. Et bien, désolé de vous le dire aussi crûment mais il faut s‘écarquiller les yeux et les esgourdes, comme on dit en bordeluche, pour voir et entendre vos vidéos.

Deux possibilités s’offrent à vous :

  • soit vous considérez les vidéos comme un média parmi d’autres et dans ce cas, elles ont leur place en tous lieux de votre site comme du texte et des photos,
  • soit vous les envisagez comme un média à part entière et vous les logez dans une rubrique particulière, reconnaissable, en facilitant le cheminement de l’utilisateur (titre de la rubrique visible, graphisme, play-list actualisée, commentaires…).

Dans le premier cas, titrez-les, placez-les dans le contexte local et dans celui de l’utilisateur (trop de vidéos sont annoncées comme vidéos, on s’en serait douté) et rendez les attractives (du 16/9 ça doit occuper l’espace) : raisonnez tags et actualité, habillage maquette aussi, une vidéo ça doit bouger, ça n’est pas fait pour durer éternellement, pensez-donc changement.

Dans le deuxième cas, punition identique mais là, vous devez positionner chacune de vos vidéos en sorte qu’elle soit complémentaire aux autres dans sa gamme, c’est à dire qu’elle fonctionne en résonances avec les autres et dans un espace dûment identifié.

Mon propos ne s’intéresse pas aux contenus des vidéos, mais à leur localisation dans votre site, à leur éditing (comment les valoriser) et à l’ergonomie : il me semble qu‘à 1500 à 3000 € HT la réalisation d’une petite vidéo de 45 secondes, il convient de leur offrir une belle visibilité. Et donc d’attirer clairement l’attention de l’internaute, de le guider sur le chemin. Quelques exemples surprenants comme le nouveau site web de l’office de tourisme de Nice : mais où est Charlie ? Toujours en Méditerranée, Leucate a un parti pris simple : en footer de la home, la chaîne de la station sur Dailymotion est bien présente.

 

Sur Quimper, une mention discrète en bas de page conduit à une vidéo. Le massif du Sancy lui considère qu’il s’agit d’un contenu pratique accessible depuis la home et en deuxième niveau on a accès à une playlist Sancy bien approvisionnée avec 35 vidéos positionnées dans le ventre de la page via une time line et une mise en page qui donne envie. Principe similaire pour l’OT de Bergerac qui transmet l’impression d’avoir envie de communiquer et de partager ses vidéos, ce que l’internaute attend bien évidemment. Et si vous possédez de belles séries, montez les et valorisez les comme le font les services touristiques de l‘état du Tenessee.

Je partage l'article
Voir les commentaires
0
278 articles
François Perroy est aujourd’hui cofondateur d'Agitateurs de Destinations Numériques et directeur de l’agence Emotio Tourisme, spécialisée en marketing et en éditorial touristiques. Il a créé et animé de 1999 à 2005 l’agence un Air de Vacances.  Précédemment, il a occupé des fonctions de directeur marketing au sein de l’agence Haute Saison (DDB) et de journaliste en presse professionnelle du tourisme à L’Officiel des Terrains de Camping et pour l'Echo Touristique. Il [...]
Voir les 0 commentaires
Également sur etourisme.info