2016-11-09_0721Qui eut cru que le collaboratif était né ces dernière années? Le mouvement « use-it », qui propose le partage d’informations touristiques des jeunes pour les jeunes a 45 ans! USE-IT started in 1971 (in hippie times) in Copenhagen as a low-budget info desk for young travellers, explique le site de l’organisation.

Ce qui m’a intéressé, dans le mouvement Use-It, c’est cette idée de carte collaborative papier, dont la première a été éditée en 2005 à Gand en Belgique. Une carte Use-It, c’est en fait un plan de ville collaboratif, réalisé par des jeunes, étudiants en général, et destiné à d’autres jeunes voyageurs.

Le mouvement est associatif, sans but lucratif. Il permet à un jeune, obligatoirement un « local » d’éditer une carte de sa ville à destination d’autres jeunes voyageurs. 

Les règles sont simples :

  • La carte Use-it est faite par des locaux; pas de travail avec des journalistes mais avec des habitants
  • Elle n’est pas commerciale : pas d’encart publicitaire. Du coup elle est gratuite. La carte Use-it est destinée avant tout à un public jeune, et est mise en scène chaque année.

Dans la veine « like a local »

J’ai découvert la carte réalisée à Bordeaux, par une communauté locale. Les auteurs ont sollicité la régie de l’office de tourisme pour obtenir le fond de plan. Dépliée, la carte a un format A2 recto-verso qui déborde de renseignements et de bons plans dans le style « live like a local ». Pubs, shopping, marchés, bons plans sont mis en avant. Perso, il y a plus de la moitié des adresse qui me sont totalement inconnues (sans doute parce que j’ai passé l’âge de fréquenter ces lieux 😉 ) mais aussi parce que c’est vraiment réalisé par des locaux!

Use-itMais cela est renforcé par les témoignages de locaux et de voyageurs sur leurs coups de coeur. Cela m’a fait furieusement pensé à la carte « nos coins préférées » du Pays d’Ancenis.

Use-itAutres singularités des cartes Use-it : elles sont éditées uniquement en anglais, et le design est unique pour chacune d’entre elles, ce qui en fait aussi un objet expérientiel en tant que tel.

BORDEAUX

Quatre expériences françaises

A ce jour, on trouve les Use-It dans quatre villes françaises : Bordeaux, Metz, Lille et Nantes.

Use-itPeut-être que demain, en tant qu’office de tourisme, vous allez recevoir la visite d’un porteur de projet Use-it. Sur le site Internet de Use-it un excellent mode d’emploi explique comment lancer son propre projet. Le local qui veut se lancer doit rejoindre un organisme porteur (qui peut-être l’office de tourisme) et trouver son budget par du mécénat, sponsoring, etc. Pour avoir le label Use-it et faire partie de la communauté, il faut reverser 1000 euros à Use-it Europe sur le projet.

Et le numérique dans tout ça?

Oui, il existe une application Iphone de Use-it, qui est d’une simplicité absolue ; téléchargement en offline de la carte que l’on désire, ce qui permet de naviguer dessus et de se géolocaliser. Rien de plus, le papier étant quand même l’outil numéro un et qui existait en 1971 quand cette start-up du collaboratif est née…

En conclusion, on se retrouve avec une initiative très actuelle, très « live like a local », très ciblée sur une clientèle, qu’on pourrait prendre pour super innovante; Sauf qu’elle a 45 ans… Le papier est le principal outil et il n’est pas question de valorisation de start-up. Juste d’une association avec des gens engagés sur un projet…

Mais il s’agît également d’un super outil pour communiquer avec la cible en question. A méditer pour votre destination…

 

PARTAGER
Article précédentLi-Fi génie ! Quand l’Internet de la lumière éclaire l’avenir du tourisme
Prochain articleLe Tourisme en 2050… une grande blague ?
Jean Luc Boulin est directeur de la Mission des Offices de Tourisme Nouvelle-Aquitaine (MONA). Cette structure, unique en France, regroupe les Pays Touristiques et les Offices de Tourisme de Nouvelle-Aquitaine. Elle est soutenue par le Conseil Régional. Deux missions principales lui sont confiées : la structuration touristique des territoires et la professionnalisation. Dans ce cadre là, la MONA assure une veille permanente sur le etourisme et accompagne des expériences dans son réseau. Directeur de l’office de tourisme de l’Entre-deux-Mers (Gironde) et du pays d’accueil touristique du même nom pendant plus de dix ans, Jean Luc Boulin dirige la MONA depuis sa création en 2003. Le manque de source d’information au même endroit sur le etourisme institutionnel et le besoin d‘échanger sur cette formidable mutation du métier des offices de tourisme vers l’Internet ont donné l’idée à Jean Luc Boulin de créer ce blog “etourisme.info”, qui se veut être le creuset de l’etourisme institutionnel sous toutes ses formes. Jean-Luc Boulin est également enseignant en Master Tourisme AGEST (aménagement et gestion des sites et territoires touristiques) à l'université de Bordeaux Montaigne. Le site Internet de la MONA. |Email : jlboulin at etourisme.info (cette adresse apparait en toute lettres pour éviter les robots). |Twitter : @JeanLucBoulin