dsc_0503

Après la célèbre et désormais mythique soirée de gala des ET, les participants se sont montrés présents et très motivés en cette dernière journée. Certains sont même allés courir après très peu d’heures de sommeil, c’est pour dire! La journée a donc commencé par les 15 minutes chrono. Sur scène hier matin : 

 

Antoine Chotard (responsable de la transformation numérique chez Aquitaine Développement et Innovation) nous parle de son métier : la transformation numérique.  Il faut entendre le numérique comme moyen de “boutage” et d’échappatoire du quotidien. Ce qui se confronte à la pratique du réel. Aujourd’hui les touristes partent en vacances tels qu’ils sont. Ils se confortent dans leur zone de confort avec leur communauté et petites habitudes, leur playlist personnalisée sur spotify et leur wifi. Passer ses vacances dans son cocon, c’est pour eux la garantie d’une expérience identitaire et particulière et ça continue à influer sur ce qu’ils ressentent.

Alors que savez vous de vos clients ? Avant on savait ce qu’ils achetaient, ce qu’ils faisaient, aujourd’hui on sait ce qu’ils veulent mais bientôt on saura ce qu’ils ressentent. Comment ? En capitalisant sur les données que nous laissons sur les différents canaux numériques. Pourquoi ? Parce qu’il s’agit d’un signal inconscient de l’efficacité de nos choix et que l’émotion prend aujourd’hui une place de plus en plus importante. L’émotion impacte nos décisions. D’ailleurs, il existe aujourd’hui de plus en plus algorithmes et de data qui arrivent à mesurer l’émotion du client. Le deeplearning permet lui aussi d’aller plus loin dans la compréhension du client et dans l’intelligence artificielle.  Peut être est il alors possible de modéliser ce que je laisse sur internet mais est ce pour le meilleur ? Au lieu de continuer a capitaliser mes émotions et mes souvenirs dans ma tête peut être qu’avec les avancées technologiques, d’autres arriveront à le faire pour moi. Le numérique et l’émotionnel vont vers cet accompagnement du réel, remettant ainsi l’homme au cœur du dispositif.

antoinechotard

Matthieu Rouveyre (fondateur de l’observatoire de Airbnb) nous parle justement de l’Airbnbisation des zones urbaines et villes françaises. Faut-il s’en inquiéter ? Aujourd’hui, les gens qui cherchent un logement ne sont plus des familles monoparentales mais des jeunes ou des personnes seules. Pourquoi cette sociologie a donc changé ? Parce qu’avec l’arrivée d’Airbnb, de plus en plus de propriétaires mettent leur logement sur Airbnb, les gens ont donc plus de mal de trouver un logement. Peu de données le montrent mais des études nous ont permis de le prouver. Il y a une augmentation de 60% de logements en location et 85% des logements sur Airbnb sont des logements saisonniers. C’est ces locations de vacances qui appauvrissent l’offre de location urbaine. Il est plus rentable de louer 10 jours en Airbnb que de louer un mois en bail ! De plus, l’offre Airbnb appauvri l’offre de logement sur le territoire. On peut donc parler de phénomène de gentrification : les villes touristiques mettent la population aux portes de la cité. On prend donc le risque de vider les centres-villes d’une partie de la population mais il faut justement que la ville laisse sa place a tout le monde.

matthieurouveyre

Laurent Blondon (Ekito) est lui, venu nous parler du bonheur: Selon Laurence Vanhee, la liberté et responsabilité sont égales au bonheur et à la performance. Ce qui révolutionne la base des concepts humanistes de manière simple. Cela serait la clé du bonheur au travail. On veut rendre les gens heureux et tout se construit sur la confiance comme une sorte ingénierie de la confiance, un acte de foi ! Cette confiance, elle doit être inclus dans la culture de l’entreprise et se renforcer au fur et à mesure de la vie de cette entreprise. Elle ne doit pas se limiter seulement aux salariés mais à tout son écosystème.  C’est ce qui va permettre de créer une relation de confiance et d’empathie. Dans ce cas là, il n’y aurait pas de hiérarchie pyramidale telle qu’on la connaît mais la personne ayant la réponse serait celle qui décide. Il s’agirait alors d’un processus basé sur l’expertise.  Les salariés seraient alors dans un processus basé sur l’expertise et donc dans une hiérarchie fluctuante. C’est à ce moment là qu’il serait bien de mesurer leur bonheur.  Attention, il faut cependant avoir une cohérence pour s’y engager et ne pas tomber dans le « gadget ».  De cette façon là, on obtient un double résultat : si vos salariés sont heureux alors ils sont doublement performants !

ekito Camille Broussin (digital marketing director chez Ginto) nous parle quant à lui, d’éthique dans le digital. Pour aborder cette notion, il faut d’abord revenir sur son étymologie et sur sa définition : il s’agirait en fait de principes moraux.

Aujourd’hui dans le tourisme, plusieurs structures ne mettent pas l’accent la dessus. Il faudrait donc les accompagner dans cette démarche puisque l’éthique est comme la pierre ondulaire de la bienséance.

Bien sûr, il y a des enjeux cachés du digital. Ces derniers ne sont pas forcement toujours éthiques : le hacking par exemple ou encore certaines nouvelles plateformes et usages (tinder etc.). La personnalisation et les données posent question puisque les gens s’en servent.  Comment l’éthique peut donc être incluse ?

C’est la médiatisation qui amène une transparence amenant elle même à l’éthique.  Mais il manque cependant une partie.  On se retrouve alors dans un certain mimétisme social.

Chacun doit être acteur de l’éthique et doit savoir la mettre en lumière dans l’intérêt de chacun.
ethique

Guillaume Colombo (directeur de Lascaux) a joliment clôturé les 15 minutes chrono en nous parlant d’humanité, notion importante dans son quotidien. Alors c’est quoi ?  C’est l’espèce humaine (homo sapiens) mais aussi toutes les caractéristiques qui définissent l’appartenance à cet ensemble. C’est l’ensemble des caractères par lesquels un être vivant appartient à l’espèce humaine ou se distingue des autres espèces animales. Tout ceci est étroitement lié à l’identité.

Quant au travail c’est une notion centrale de la vie. C’est l’activité de l’homme appliquée à la production, à la création et à l’entretien de quelque chose. C’est aussi contribuer à l’existence de tous afin d’assurer la sienne. Quand on ne contribue pas par le travail au bien commun on est exclu. C’est pourquoi on parle alors de congruence. C’est à dire le fait d’être aligné, de s’ajuster parfaitement et être cohérent avec ses paroles et ses actes. On retrouve alors encore cette notion d’engagement. Acte par lequel l’individu assume les valeurs qu’il a choisies et donne un sens à son existence grâce à ce libre choix.

Instinctivement se fait alors le lien avec Lascaux. Un site unique et emblème mondial de l’art pariétal. C’est une marque nourrit par le désir de témoigner, une volonté d’affirmer sa place sur terre et d’interroger son rapport au monde, sa place, sa relation aux autres ainsi qu’à la nature. C’est aussi un moyen de se reconnecter à son histoire, de ressentir son émotion d’être humain, sa chance d’exister, de transmettre, d’éduquer. C’est presque un combat sur la tolérance, un voyage au fond des racines humaines. Alors, la clé de l’humanité ne serait-elle pas l’engagement ?

colombo

Résultat du Hackathon : En début d’après midi, nous avons ensuite pu assister aux résultats des Hakathons:

Qu’est ce que le Hackathon ?

Le principe est simple : des codeurs et des graphistes s’associent à un porteur de projet pendant 24heures. Le but étant de développer un outil ou une application. C’est un projet où les nouvelles technologies se mettent au service du tourisme en créant des applications innovantes.

L’objectif de ce projet est de créer un prototype d’application / service en ligne et d’en valider rapidement la viabilité et la faisabilité.

Le tourisme et le numérique sont donc en partenariat avec deux écoles que sont la Wild Code School et le GRETA Sud Aquitaine. Depuis mercredi après-midi, les étudiants se sont donc divisés en cinq groupes pour designer une solution mobile ou web à 5 entreprises.

Voici donc une rapide présentation du trio gagnant :

  • GoodMorning Saisonnier : qui est sous forme d’application privée où l’on peut trouver des listing de bons plans, des quizz pour les saisonniers, des événements, un agenda, un classement du meilleur saisonnier etc.
  • OuiExpat : donne la possibilité aux expatriés de trouver des informations pratiques (jobs, logements, banques…) sur son pays d’accueil. Sans oublier bien sûr que cela permet de rentrer en contact avec une communauté et donc avec des locaux.
  • FreakyWay : est le grand gagnant de ce concours. Doté d’un open data, l’application a pour but de découvrir et redécouvrir une ville de façon insolite et cela partout en France. Puisqu’il s’agit d’open data, les données peuvent donc être réutilisées par les organismes de tourisme.

 

Vous n’êtes pas sans savoir qu’un photocall était installé au sein du Palais Beaumont et que pendant la soirée de gala, le concours du meilleur selfie a été lancé. Alors, ni une ni deux, vous vous en êtes donné à cœur joie (nous les premiers d’ailleurs).

Le jury a donc sélectionné son cliché préféré, un clin d’œil sympathique pour clôturer les plénière de ces ET12 !

photocallMERCI à tous pour ces quelques jours, j’espère que vous aussi vous avez aimé. En tous cas, rendez-vous l’année prochaine pour de nouvelles aventures !

 

Vos blogueurs préférés, Guillaume, Sophie, Sarah et Béa.

les-blogeurs