Le village virtuel Google, disponible sur Google Play (Village for Google Cardboard)

Dans mon dernier billet, je vous ai présenté quelques découvertes sympas lors de mon passage éclair au salon Laval Virtual. En fait, j’avais été convié pour présenter un point de vue introductif et participer à deux tables rondes « touristiques » quelque peu iconoclastes comme je les aime :

« L’ère de la réalité diminuée sera-t-elle la prochaine étape dans le tourisme ?
Aujourd’hui, le tourisme teste des quantités impressionnantes d’innovations technologiques pour renouveler son offre auprès d’un public qui est devenu au fil du temps, davantage producteur que consommateur.
De révolution en révolution, après le collaboratif, l’internet des objets, mobile or not mobile, la réalité virtuelle devenue bien réelle et quasiment immersive, la prochaine étape sera-t-elle de revenir vers des solutions où l’humain reprendrait une place centrale ? L’environnement virtuel existe mais n’aura plus la vocation de devenir prioritaire, il pourrait même devenir supplétif. Quels pourraient être les rôles des technologie dans ce cas ? »

« Le Village authentique, principale destination d’un tourisme augmenté ?
Pour exister dans le slow tourisme ou “tourisme authentique et responsable” la seule possibilité de nos villages est de sortir de chez eux ! Peut-on concilier l’authentique et les nouvelles technologies immersives ?
Devront-elles subir une forme d’Ubérisation ? Comment mettre en avant cette valeur recherchée et la faire connaître au plus grand nombre ? Du plus petit village à la Métropole, les recettes sont-elles si différentes ? »

Pour préparer mon intervention, je me suis d’abord interrogé sur les mots, ces assemblages de lettres qui nous permettent de relater des faits, décrire des informations ou encore exprimer des idées. Et il est vrai que je fais depuis pas mal de temps une allergie à certains mots « valises » qui sont employés à tort et à travers et dont on ne sait plus vraiment ce qu’ils veulent dire. Dans le champs lexical du tourisme, on en compte beaucoup comme relation-client, destination, bienveillance (comme l’a si bien dit Séverine Teulières dans cet article), et bien sûr le fameux AUTHENTIQUE ! 
Village authentique, tourisme authentique, moment authentique, qualité authentique, histoire authentique, etc… L’inauthentique semble rédhibitoire, répulsif, dévalorisant. Seul l’authentique mérite l’attention. 

Mais au fait ça veut dire quoi AUTHENTIQUE ? 

Le Wiktionnaire définit l’adjectif comme suit :

authentique \ɔ.tɑ̃.tik\ ou \o.tɑ̃.tik\ masculin et féminin identiques
Qui est certifié par des officiers publics et dans les formes requises.
(Par extension) Dont la vérité ou l’autorité ne peut être contestée.
(Familier) Dont la réalité ne peut être niée.

Son étymologie semble pourtant assez éloignée de cette définition : qui agit par soi-même, qui est maître de soi (dictionnaire Littré). Curieux pour un terme aussi sentencieux.

AUTHENTIQUE, un adjectif ambigu !

Authentique renvoie à l’autorité, la vérité et la réalité  (tiens, ça me rappelle un de mes vieux articles de 2008 : Décrire la réalité ou dire la vérité ? 😉 )
Et pourtant, un « village authentique » est bien préservé, pas dénaturé, garanti comme jadis, « dans son jus ! », garanti photogénique. Alors qu’en fait un village est par définition authentique, puisque sa réalité ne peut être niée… Tous les villages sont authentiques, sinon ils n’existeraient pas !

L’authentique renvoie à une expertise incontestable qui certifie ou garantit la vérité de la réalité… Alors que penser du « tourisme authentique » qui semble faire florès ? Un tourisme « vrai », par opposition à un autre, généralisé, qui serait moins « vrai » ? Un tourisme « certifié touristique » ? Késaco ?

De même pour un « moment authentique »… Un moment qui existe vraiment ? Un moment dont la réalité est certifié par une autorité, alors que les autres se rapporteraient à un temps non réel ? On frise l’ésotérisme !

Non décidément je n’aime pas ce mot si malmené… On gagnerait sans doute à le remplacer par des adjectifs plus précis comme véritable, certifié, préservé, etc. 

Pour en revenir à la question, le virtuel peut-il renforcer l’AUTHENTIQUE ?

Soyons clairs, le virtuel n’est pas « authentique », puisque non « vrai ». Par contre, il peut être un moyen de représentation d’une réalité disparue ou inaccessible comme le démontrent les exemples de Cherbourg et de Lascaux.


Crédit photo : Semitour/Dan Courtice

Le virtuel, dans toutes ses déclinaisons, peut participer à la médiation d’une réalité, à sa spectacularisation également. Ce qui le range dans la panoplie d’outils à notre disposition pour enchanter une découverte. Reste à l’utiliser avec un objectif clair et une véritable plus value pour le visiteur. 
Il en va d’un territoire comme d’un site culturel : la réussite, c’est quand la forme sert le fond et ne se sert pas elle-même ! Citation AUTHENTIQUE… puisque de moi 😉

PARTAGER
Article précédentA vos marques, prêts, communautez !
Prochain articleACCORHOTELS, une ambition mondiale
Paul FABING est directeur du pôle qualité de l'accueil à l'Agence d'Attractivité de l'Alsace (AAA). Architecte de formation, ancien consultant tourisme, chef du service Tourisme de la Région Alsace et directeur de RésOT-Alsace (Réseau des offices de tourisme), il occupe cette fonction depuis 2015. Entre autres missions, l'AAA est propriétaire, gestionnaire et animateur du système d’information touristique alsacien qui consolide l’ensemble des informations recensées par les OTSI et de nombreuses structures partenaires. Plus de 220 sites touristiques institutionnels et publics alsaciens (la totalité en fait), beaucoup de sites nationaux publics et privés, la plupart des éditions papier, les actions de promotion et les outils mobiles s’appuient sur cette base de données pour offrir aux touristes des services fondés sur la même information. Ainsi les OTSI, coordonnés par l'AAA, se sont placés au cœur de la problématique touristique alsacienne et occupent une place prépondérante dans le développement de l’etourisme. Promis, il s’efforcera de ne pas rédiger en Alsacien, et apportera sans doute un petit vent d’est rafraîchissant dans ce blog (les Alsaciens ne sont pas aussi sérieux qu’il n’y paraît…). L’extranet du RésOT-Alsace Alsace. Email : pfabing at etourisme.info (cette adresse apparait en toute lettres pour éviter les robots).