mar
28
2012

Google Map Maker, la eréputation cartographique de mon territoire

Après Google Adresses, voici Google Map Maker : encore du boulot en vue pour les équipes de nos offices de tourisme! Il va falloir agir sur sa destination avant que d'autres ne le fassent.

Explication : Google Adresses permet à chaque entreprise, prestataire, de se référencer sur le moteur de recherche Googla. Google Map Maker permet aux internautes de participer à la construction des cartes de la plateforme en annotant tous les lieux de leur choix. Arrivé en France depuis quelques jours ce service est en effet diablement intéressant : l'église romane exceptionnelle, le point de vue idéal pour faire une photo, le sentier de randonnée n'est pas sur Google Maps? Pas de souci : vous pouvez le rajouter.

L'outil ajout de lieu de Google Map Maker

L'outil proposé par  Google Map Maker est l'ajout de lieux.  Au dessus de la carte, un bouton rouge "ajouter" permet d'épingler n'importe quel endroit, route ou zone. L'outil "ajout de route" est idéal pour les sentiers de randonnée. L'outil "surface" est utile pour les parcs, jardins, etc.
La boite de dialogue ouverte va permettre de spécifier les caractéristiques techniques de cet ajout.

Pour ajouter des formes, ou des routes, ou dessiner un bâtiment, l'exercice peut s'avérer un petit peu plus délicat. Visitez le centre d'aide de Google Map Maker qui est très complet.

Mais attention, ce n'est pas parce que vous avez ajouté un lieu qu'il sera obligatoirement visible. C'est le principe de validation par les internautes qui s'applique. Il faudra donc que cette information soit validée avant qu'elle apparaisse. Ce principe très wikipédien a abouti à une communauté organisée des Mapmakers, avec forum d'aide, échanges, etc.

Communauté Google Map Maker

De même façon, chacun pourra interagir sur une information déjà présente ou soumis à validation sur sa zone d'intérêt. Un bouton dans Google Map Maker, intitulé "mises à jour" permet de suivre les modifications apportées par d'autres internautes. C'est évidemment un suivi obligatoire pour tout gestionnaire de destination.

Finalement, que faire de Google Map Maker?

Cet outil supplémentaire de Google interpelle un peu plus les offices de tourisme, ADT ou CRT. Déjà, il faut rappeler que Google n'est pas pionnier dans la carte collaborative. Le projet OpenStreetMap  est un projet international fondé en 2004 dans le but de créer une carte libre du monde. A ce jour moins précis que Google, il permet néanmoins d'utiliser les données totalement librement, et il est collaboratif.

Reste que d'un point de vue du gestionnaire de destination, Google Maps est largement plus fréquenté. Le système est énormément utilisé en mobilité. On peut imaginer que nombre d'internautes vont eux-mêmes rajouter leurs propres points d'intérêt. Google Map Maker sera vite à la cartographie ce qu'est  Wikipedia pour le texte. Et donc une obligation pour l'organisme institutionnel représentant le territoire d'intervenir sur cet outil, à la fois pour valoriser son information, mais aussi pour contrôler ce qu'on en dit.

Allez, un nouveau chantier : gérer votre présence et votre eréputation cartographique!

 

 

http://www.google.fr/mapmaker

Article précédent Éloge de la simplicité : l’exemple des greeters… Tourisme 2.0 : le 7ème congrès mondial du tourisme de neige et de montagne Article suivant

Articles similaires

A propos de l'auteur : Jean-Luc Boulin

Jean Luc Boulin est directeur de la Mission OTSI et Pays Touristiques d’Aquitaine (MOPA). Cette structure, unique en France, regroupe les Pays Touristiques et les Offices de Tourisme d’Aquitaine. Elle est soutenue par le Conseil Régional. Trois missions principales lui sont confiées : la structuration touristique des territoires, la qualité et la professionnalisation. Dans ce cadre là, la MOPA assure une veille permanente sur le etourisme et accompagne des expériences dans son réseau. Directeur de l’office de tourisme de l’Entre-deux-Mers (Gironde) et du pays d’accueil touristique du même nom pendant plus de dix ans, Jean Luc Boulin dirige la MOPA depuis sa création en 2003. Le manque de source d’information au même endroit sur le etourisme institutionnel et le besoin d‘échanger sur cette formidable mutation du métier des offices de tourisme vers l’Internet ont donné l’idée à Jean Luc Boulin de créer ce blog “etourisme.info”, qui se veut être le creuset de l’etourisme institutionnel sous toutes ses formes. Jean-Luc Boulin est également enseignant en Master Tourisme AGEST (aménagement et gestion des sites et territoires touristiques) à l'université de Bordeaux 3. Le site Internet de la MOPA. |Email : jlboulin at etourisme.info (cette adresse apparait en toute lettres pour éviter les robots). |Twitter : @JeanLucBoulin

  • http://www.blog-etourisme.com Mathieu Bruc

    En complément de ton billet Jean-Luc, le top 5 des sites de carto en terme d’audience. Google est certes incontournable mais il est aussi important de vérifier sa présence sur les autres ;)
    http://www.journaldunet.com/ebusiness/le-net/cartes-mediametrie/

  • http://www.vincent-vandevelde.com/ Vincent Vandevelde

    J’ai publié cette info il y a quelque jours et j’ai eu une question à laquelle je n’ai su répondre par manque de temps pour creuser la solution mais peut être êtes-vous au courant.

    Quel est le lien avec Google Adresse ?
    Il y a-t-il un interfaçage direct ?

    Si on a la chance d’avoir un tissu de professionnels de son territoire sensibilisé et actif sur Google Adresse ce travail sera est-il intégré dans Map Maker ?

    Au premier regard je n’ai pas l’impression…

  • http://twitter.com/mon_etourisme Nicolas MONSEIGNE

    Google Maps incontournable certes, mais on voit aussi que des grandes plateformes se détourner de Google (Foursquare, mais aussi Apple qui se tournent vers Openstreetmap, source :
    http://www.lefigaro.fr/hightech/2012/03/13/01007-20120313ARTFIG00745-une-alternative-benevole-et-libre-a-google-maps.php ).
    Car, question basique : une fois qu’on a ajouté le contenu sur GMaps, à qui appartient-il ?Par rapport à ta capture d’écran, on voit qu’on peut ajouter des sentiers de randonnée par exemple. On pourrait donc se dire qu’en ajoutant les sentiers de sa destination sur cet outil, on pourrait bénéficier d’un fond de carte gratuit pour ses fiches ou cartes de rando en version papier (si si il en reste pour faire ça :-)). Hors, cela ne se passera pas aussi facilement que cela puisque, sauf erreur de ma part (et j’avoue que je préfèrerais me tromper !!!), il faudra passer par la case « achats de droits ». Dans le même temps, Openstreetmap permet le téléchargement au format image de zones de carte que l’on choisit.
    Toutefois, dans le même temps, force est de reconnaître que l’ajout de lieux (donc des Google Adresse) est rudement intéressant pour un office de tourisme, qui ainsi faciliterait d’autant le déploiement d’actions ANT sur son territoire sur les Google Adresse, que les prestataires n’auraient alors plus qu’à valider, non ?Comme souvent donc, comme on ne pourra sûrement pas tout faire et qu’il faudra faire des choix, l’action de l’OT en matière de carto en ligne devra obéir à une vraie stratégie !

  • Jean-Luc Boulin

    @dafunkyhapax:disqus je n’ai pas de réponse à ta question, sur l’interfaçage direct?
    Par contre, je suis d’accord avec Nicolas, il faut intégrer ça dans sa stratégie d’animation numérique. Si on pouvait provoquer les google adresse par G Map Maker et qu’il n’y ait plus qu’à les valider, en effet, ce serait pas mal du tout!

  • http://twitter.com/mon_etourisme Nicolas MONSEIGNE

    Précision supplémentaire : en plus d’Apple et Foursquare, c’est Microsoft qui se lance aussi sur Openstreetmap, financements de cette plateforme à la clé ! (source :
    http://www.macplus.net/magplus/depeche-65320-openstreetmap-aussi-pour-microsoft)

  • Michel

    Pour confirmer le commentaire de Nicolas, tout le contenu mis sur Google est à la disposition de Google, à charge à lui de le monnayer, sa politique payante devrait apparaître avant l’été (ce n’est pas pour rien que Foursquare vient de rompre ses relations avec Google, avant que la facture n’arrive)… Il est également interdit d’utiliser les cartes Google comme support d’impression (sauf paiement des droits)…  Alors soutenons enfin des communautés qui œuvrent vraiment pour l’Open Data et utilisez OpenStreetMap… merci.

  • http://www.facebook.com/dublanchet Ludovic Dublanchet

    Vérifier sa présence et essayer de s’y intégrer ! TomTom Places (http://places.tomtom.com) est intéressant pour nos prestataires et offices de tourisme… est intéressant pour nos prestataires et offices de tourisme…