Depuis l’avènement d’Internet, il existe un vrai paradoxe de l’information touristique : on dispose d’une source d’information presque inépuisable sur sa destination avant de partir et on se retrouve fort démuni une fois arrivé à pied d’oeuvre pour découvrir et déguster la destination de ses rêves.

Les ordinateurs portables sont de plus en plus petits et les ventes des Smartphones ou PDA-phones de dernière génération se développent très rapidement. Or on constate du côté des structures touristiques que l’offre d’accès à internet reste marginale et souvent donne lieu à des facturations de services sans commune mesure avec le coût de revient effectif du service (8 à 12 € l’heure…). De plus, tous ces petits appareils formidables sont capables de communiquer bien sûr, mais aussi de stocker de l’information et la restituer même sans connexion à Internet.

Les offices de tourisme, pour qui l’organisation, la qualification et la mise à disposition de l’information constituent le socle de la mission d’accueil, doivent absolument prendre en compte cette nouvelle dimension “virtuelle” de l’acte d’accueil.
En effet, au delà de permettre simplement aux touristes d’accéder à Internet sur leur lieu de séjour (ce qui n’est déjà pas une mince affaire !), il faut penser à utiliser ce nouveau canal de communication pour les guider sur le territoire, promouvoir ses richesses,… bref mieux accueillir !
!/133t.png!:http://mobil.woco.dk/CategoryXML.aspx?KioskID=11&LCID=1033&CategoryID=153 On voit poindre quelques démarches en ce sens, mais souvent sous la forme de services (très) onéreux, basés sur les réseaux de téléphonie mobile. Un premier pas serait déjà, comme "l'OT de Coppenhague":http://www.visitcopenhagen.com/composite-2364.htm de proposer un guide touristique en ligne au format PDA et accessible sur le web depuis un téléphone mobile. Mais c'est bien une stratégie globale qu'il faut engager sur un territoire pour étendre les services d'accueil autour d'au moins 3 axes : développer l'accessibilité à Internet dans les structures touristiques, proposer des contenus informatifs personnalisés, dynamiques et cohérents à l'échelle du territoire, développer de nouveaux "produits" de découverte (visites guidée, geocaching, jeu de piste, etc.). On l'aura compris, les offices de tourisme ont encore un champ d'action largement inexploré et qu'il faudra tôt ou tard investir.

PARTAGER
Article précédentUn nouvel outil pour la station de Biscarrosse
Prochain articleDes chiffres sur l’etourisme dans le monde
Paul FABING est directeur du pôle qualité de l'accueil à l'Agence d'Attractivité de l'Alsace (AAA). Architecte de formation, ancien consultant tourisme, chef du service Tourisme de la Région Alsace et directeur de RésOT-Alsace (Réseau des offices de tourisme), il occupe cette fonction depuis 2015. Entre autres missions, l'AAA est propriétaire, gestionnaire et animateur du système d’information touristique alsacien qui consolide l’ensemble des informations recensées par les OTSI et de nombreuses structures partenaires. Plus de 220 sites touristiques institutionnels et publics alsaciens (la totalité en fait), beaucoup de sites nationaux publics et privés, la plupart des éditions papier, les actions de promotion et les outils mobiles s’appuient sur cette base de données pour offrir aux touristes des services fondés sur la même information. Ainsi les OTSI, coordonnés par l'AAA, se sont placés au cœur de la problématique touristique alsacienne et occupent une place prépondérante dans le développement de l’etourisme. Promis, il s’efforcera de ne pas rédiger en Alsacien, et apportera sans doute un petit vent d’est rafraîchissant dans ce blog (les Alsaciens ne sont pas aussi sérieux qu’il n’y paraît…). L’extranet du RésOT-Alsace Alsace. Email : pfabing at etourisme.info (cette adresse apparait en toute lettres pour éviter les robots).

AUCUN COMMENTAIRE