J’ai quand même quelques 1217 abonnés sur Instagram, ce qui ne fait pas de moi un influenceur potentiel, mais quand même… Ma copine Louise, elle en a 1215, d’abonnés. Bon on se tire un peu la bourre quoi…

Sauf que, quand ma copine Louise publie un post sur Insta, elle a de suite plus de 300 likes, alors qu’un très bon score pour moi, c’est 65 petits coeurs (avec les couchers de soleil, c’est ce qui marche le mieux pour moi!).

Pour Louise, un post très moyen sur Insta, c’est 150 like. En général elle n’est pas dessus. Mais dès qu’elle se met en scène, c’est plus de 300 like assurés! Sans parler des commentaires.

Ma copine Louise est en seconde au lycée. Elle a son Iphone 7 ouvert en mode photo/vidéo en permanence. Je suis parti 15 jours en voyage aux USA avec elle et ses parents, et j’ai pu mieux comprendre comment elle fonctionne

Instagram + Snapchat

La journée de Louise c’est un taf de malade niveau réseau social. Car elle est à la fois sur Instagram, mais aussi (et surtout) sur Snpachat. Ce qui correspond bien aux tendances actuelles des ados.

Selon le site Diplomeo, qui réalise chaque année un sondage auprès de 1500 adolescents, “Nombreux sont les jeunes qui ne sauraient dire quelle application entre Snapchat et Instagram ils utilisent le plus. En effet, si l’on en croit les chiffres de l’étude Parole aux jeunes, impossible pour eux d’apporter une réponse à cette question : Instagram et Snapchat jouent des coudes sur la première marche du podium des réseaux sociaux préférés des jeunes. 73 % des 16-25 ans affirment utiliser Instagram et 73 % disent se servir de Snapchat.” L’utilisation d’Instagram sur cette tranche d’âge augmente singulièrement entre 2017 et 2018.

source Diplomeo

Pour Louise, l’utilisation de Snapchat est parallèle à celle d’Instagram. Louise chatte en direct et en permanence par Snap avec ses amis. C’est grâce à Snapchat qu’elle filme en direct de nombreuses séquences du voyage, avec les copains de lycée qui suivent le live.

Instagram, c’est d’abord fois les stories. Louise m’a montré comment mettre une storie à la “Une”. Son roadtrip aux USA a donc été monté comme un blog, mais uniquement en alternance de photos et de vidéo. L’avantage de la storie “à la une”, c’est qu’elle ne s’efface pas après 24 heures.
Les outils de plus en plus nombreux présents sur les stories d’Instagram ( boomerang, superzoom, rewind) agrémentés d’accessoires et d’émoticones constituent un champ de création énorme (lorsque l’on sait s’en servir).

Lorsqu’une photo (surtout d’elle-même mise en scène) est bien retravaillée, Louise la publie en photo Instagram, et c’est là qu’elle récolte les centaines de like et les commentaires. Une vraie influenceuse, quoi!

Connexion Internet et batterie

A 16 ans, Louise a trois ans de pratique d’Instagram et dèjà six de Snapchat. Elle n’est par contre pas sur Facebook, utilisant juste Messenger pour communiquer avec les “vieux”.

Principal souci : disposer d’une connexion permanente. Pour ce voyage aux Etats-Unis, où nous étions 6, j’avais opté pour la location d’un Pocket Wifi. Ce boitier équipé en 4G locale, permet de connecter 5 personnes en même temps, dans un rayon de cinquante mètre autour du détenteur du boitier. Un excellent moyen pour ne pas perdre les ados en ville : vous êtes surs qu’ils restent à proximité du précieux boitier!

Deuxième obligation pour l’organisateur du voyage : s’assurer que la voiture de location dispose de prises USB en nombre suffisant : les batteries sont à recharger fréquemment.

Overgram ?

Ce qui m’impressionne de plus en plus à chaque voyage, c’est le nombre croissant de personnes en train de se photographier absolument partout. J’ai fait une comptabilité rapide à l’observatoire de Los Angeles, face aux fameuses lettre “Hollywood” : 40% des visiteurs sont en train de se prendre en photo, 30% en train de trifouiller sur leur écran (pour travailler la photo ou la poster) et seulement 30% sont en train de regarder le paysage sans écran interposé…

Et ce toutes nationalités et tout âge confondus… mais sans être assurés des 300 like sur la photo : pour ça, faut demander à ma copine Louise…

PARTAGER
Article précédentL’internet de séjour devient une réalité
Prochain articleFlexClip l’outil génial pour créer ses vidéos facilement
Jean Luc Boulin est directeur de la Mission des Offices de Tourisme Nouvelle-Aquitaine (MONA). Cette structure, unique en France, regroupe les Pays Touristiques et les Offices de Tourisme de Nouvelle-Aquitaine. Elle est soutenue par le Conseil Régional. Deux missions principales lui sont confiées : la structuration touristique des territoires et la professionnalisation. Dans ce cadre là, la MONA assure une veille permanente sur le etourisme et accompagne des expériences dans son réseau. Directeur de l’office de tourisme de l’Entre-deux-Mers (Gironde) et du pays d’accueil touristique du même nom pendant plus de dix ans, Jean Luc Boulin dirige la MONA depuis sa création en 2003. Le manque de source d’information au même endroit sur le etourisme institutionnel et le besoin d‘échanger sur cette formidable mutation du métier des offices de tourisme vers l’Internet ont donné l’idée à Jean Luc Boulin de créer ce blog “etourisme.info”, qui se veut être le creuset de l’etourisme institutionnel sous toutes ses formes. Jean-Luc Boulin est également enseignant en Master Tourisme AGEST (aménagement et gestion des sites et territoires touristiques) à l'université de Bordeaux Montaigne. Le site Internet de la MONA. |Email : jlboulin at etourisme.info (cette adresse apparait en toute lettres pour éviter les robots). |Twitter : @JeanLucBoulin