C’est le 15 octobre 2019 que s’est tenu, à l’occasion de l’ouverture des 15ème Rencontres Nationales du e-Tourisme (ET15) à Pau, la remise des prix de la première édition du Wonder France Festival (WFF) devant un public de professionnels du tourisme.

Je fais partie d’une génération qui a connu la France avec “La France vue du ciel” de Yann Arthus-Bertrand.” C’est de ces images que Mathieu Laurent, fondateur du WFF, a imaginé ce festival de vidéos en ligne dédié à la promotion du tourisme en France. Un festival qui a pour ambition de devenir la première source de contenus vidéos touristiques de notre territoire. “Nous avons des créateurs en France, donnons-leur pour défi de filmer ce qu’ils trouvent de plus beau ! On a envie de mettre en avant la beauté, mais également les hommes, les animaux et de sensibiliser à la préservation des territoires.” Et c’est ce que près de 200 amoureux de leur pays ont fait, augurant un avenir prometteur après cette première édition.

Au total, ce sont 66 départements qui ont été représentés au travers de 180 vidéos réalisées par des professionnels ou des amateurs, sans contrainte sur la technique utilisée. Parmi elles, 45 ont été pré-sélectionnées sur les critères de la qualité des images, du montage, de la narration ainsi que de l’approche artistique. Les spectateurs ont pu visiter la France par le biais d’images grandioses, des imposantes falaises d’Etretat au Canigou, en passant par les eaux turquoises de la Polynésie française, des versants en herbe des Pyrénées ou encore des grandes étendus de sable des Landes. Tantôt parenthèse de douceur, tantôt décharge d’adrénaline, les images sélectionnées ont indubitablement provoqué cet effet “Waou !” que tout promoteur de destination recherche. Les neuf lauréats ont reçus différents prix financiers et du matériel audiovisuel pour un total de 9 000€, décernés par un jury de prestige.

La sélection n’a cependant pas été exempte de tout reproche. Le jury a notamment conseillé aux futurs concurrents de mettre plus d’humain dans leurs vidéos, de raconter des histoires, et de revenir sur terre en se rapprochant de ce qu’on peut voir de nos propres yeux. Comme Jérôme Pitorin n’aura de cesse de le répéter, “derrière les paysages, il y a des visages”.

Focus : Prix patrimoine et prix du public

Si le nom de Jean-Marie Poupart a été le seul à être appelé, c’est bien le duo qu’il forme avec Ugo Dessainte qui a raflé les prix Patrimoine et du public. Un honneur pour ces deux gars du Nord, et plus précisément du Coeur d’Ostrevent. Notre Tour Eiffel, c’est la mine de Lewarde. Le passé minier de notre territoire est vraiment très ancré en nous.
C’est par cette Tour Eiffel souterraine qu’ils ont attaqué leur vidéo, avant de prendre de la hauteur et d’offrir aux yeux des spectateurs les paysages de leur région. “On voulait balayer les clichés sur le Nord”, expliquent Ugo, qui s’est occupé des plans au sol, et Jean-Marie, le pilote du drone. “On visait le prix Patrimoine, on l’a eu. Nous sommes vraiment contents pour ceux qui nous ont suivis, on va leur ramener quelque chose.” Âgés de 22 ans pour Ugo et 37 ans pour Jean-Marie, tous deux sont des indépendants. Leur force avec cette vidéo ? D’avoir été suivis par toute une communauté amoureuse de son territoire, et d’avoir bénéficié d’un fort relais en terme de communication, notamment par le biais des médias locaux.

Focus : Félix Matheron, le grand gagnant du festival

Quand l’organisation des ET l’a appelé pour savoir s’il prendrait bien la route depuis Megève, dans les Alpes, Félix ne s’attendait pas à recevoir autant d’éloges du Jury et du public.  Auto-entrepreneur de 28 ans, Félix Mathéron est un réalisateur de vidéo pour des petites entreprises depuis un an. Il a connu le WFF via l’influenceur “Drone my Life”, qui l’a convaincu. En un mois, il a réuni ses plans et monté une vidéo qui a ensuite bluffé le jury. C’est la partie technique qui lui a demandé le plus gros du travail. Un investissement récompensé par le prix technique du Wonder France Festival.
Toutefois, au lieu de s’arrêter là, la vidéo de Félix a marqué l’esprit du jury puisque l’un de ses plans, où il passe d’une montagne verte ensoleillée à une montagne blanche et enneigée en une fraction de seconde,  “le plus beau plan du festival”, lui a valu le prix du jury. 
Beaucoup de jeunes font des vidéos mais peu en font leur métier”. En effet, dans un secteur où les vidéastes se multiplient sur Youtube, il est dur de se démarquer et de se faire remarquer. Pour Félix, ces prix lui ont permis d’attirer les regards et de se perfectionner dans l’art de la vidéo en drone puisqu’il a gagné une formation à Lyon ainsi que du matériel (drone, stabilisateur). Son projet après le WFF ? Promouvoir les territoires par le biais de la vidéo, et ce, partout en France… Destinations, ne passez pas à côté de ces talents !

Les lauréats

  • Grand prix du jury : Félix Matheron
  • Prix Sport et loisirs : Cédric Eyraud. Sa vidéo a séduit parce qu’elle “mêlait du très spectaculaire et de l’humain
  • Prix Patrimoine : Jean-Marie Poupart et Ugo Dessainte ont fait “quasiment l’unanimité pour son côté humain”.
  • Prix Art et culture : Frédéric Simon, une “vidéo où le vidéaste est resté les pieds sur terre, sans trop de drone et avec beaucoup d’humain
  • Prix Paysage : Paul Fraysse a laissé le jury “bouche bée, avec des paysages sublimes où la nature est mise à l’honneur“.
  • Prix Technique : Félix Matheron a été félicité pour avoir produit “le meilleur plan de tout le festival
  • Prix du Tourisme responsable : Marcio Barreira, a réussi une vidéo “immersive, proche de la nature
  • Prix Béarn et Pays Basque : Gregory Darrigues, a mis en scène l’ensemble du département des montagnes à la côte basque,  “c’est tout le 64, avec beaucoup de rythme. C’est nous
  • Prix du public : Jean-Marie Poupart et Ugo Dessainte

 

 

 

 

 

 

Article rédigé par Camille de Lapoyade, Carol-Anne Gicquel, Coralie Havart et Amélie Puisségur, étudiantes en deuxième année de master AGEST.