A l’heure où la saison bat, plus ou moins, son plein, certains commencent déjà à réfléchir à celle de l’an prochain.
Ils ont raison, car tout le monde sait bien que tout se joue à l’automne et qu’il va bien falloir trouver des projets futés pour réussir à dépenser les budgets pléthoriques alloués au e-tourisme (message à l’attention des lecteurs non avertis : c’est de la pure ironie).

Bref, voilà *5 sujets clés*, selon moi, qui pourraient mériter votre attention :

*Les contenus informatifs liés à la randonnée*
Tout ce qui relève des pratiques “gratuites” est un domaine stratégique pour les acteurs du e-tourisme institutionnel. Certes, des initiatives privées très intéressantes comme “everytrail.com”:http://www.everytrail.com/, “routeyou.com”:http://www.routeyou.com/home.fr, “geolives.com”:http://www.geolives.com/ ou “tracesgps.com”:http://www.tracegps.com/ offrent des services connus, mais la capacité à qualifier des traces, à les enrichir avec du contenu et à produire des topofiches attrayantes place clairement l’avantage côté OT, CDT, CRT et autres associations publiques. Un exemple parmi d’autres, ce “portail des balades en Provence”:http://www.escapado.fr/. Je développerai ce sujet à la rentrée, parce qu’il y aura plein de nouveautés tout aussi sympa (et n’impliquant pas forcément ma société, ce qui me permettra d’en parler plus objectivement, avec le regard de mes collègues du blog).

*Les applications pour smartphones et les sites mobiles*
2010 a vu le décollage de ce type de services. Les applications et les sites mobiles se multiplient dans la plupart des régions. Reliés aux bases de données régionales ils renouvellent la relation aux touristes et conduisent à développer de nouvelles aides au voyage et au séjour. Les exemples récents foisonnent : “macotebasque”:http://www.macotebasque.com/, “leslandes.mobi”:http://leslandes.mobi/, “iRhône-Alpes”:http://itunes.apple.com/fr/app/id360684980?mt=8, “St-Malo”:http://www.applicationiphone.com/appstore/voyages/367983159/saint-malo-tour/etc.
En 2011, le phénomène va encore s’accentuer parce que le parc de smartphones est en progression exponentielle. Quels seront les enjeux ? J’en vois trois : *plus de contenus riches* (vidéos, articles de fond, audio) pour se rapprocher d’un traitement vraiment multimédia de l’info touristique; *plus de réalité augmentée et de QR Codes*, qui vont encore mettre du temps pour devenir populaires mais qui font l’objet d’investissements constants de la part des opérateurs; *une substitution progressive* des applis, sites HTML 5 et applis tablettes tactiles aux sites web, en raison des interfaces beaucoup plus conviviales sur les écrans tactiles que sur nos ordis. Prenez par exemple “l’application iPhone de la SNCF”:http://sncf-direct.softonic.fr/iphone : parce qu’elle est plus facile à utiliser et plus lisible que le site, on la privilégie rapidement. L’essayer c’est l’adopter, comme dirait l’autre… Ce mouvement va s’amplifier.

*L’ergonomie des sites*
Les contraintes du monde des smartphones (petits écrans tactiles) ont donné naissance à *des interfaces vraiment réfléchies en faveur des mobinautes*. Résultat : les sites web vont paraître de plus en plus démodés (qui plus est : ils ne sont pas tactiles, eux). Pour maintenir leur compétitivité, il va falloir re-travailler les ergonomies. La généralisation de la norme accessiweb pourrait y aider. Mais, de manière générale, mieux vaudra s’en tenir à des principes élémentaires : faire simple, alléger les pages, épurer le graphisme, choisir des polices universelles. Un élément devra retenir toute notre attention : les moteurs de recherche. Ils sont encore trop compliqués et peu pratiques. La tendance moderne est à la googleisation des interfaces : tapez ce que vous voulez, on se débrouille pour afficher les bons résultats. Voir ce que fait “abritel.fr”:http://www.abritel.fr/, qui est, à mon avis, un bon modèle.

*Le retour en force des services web vraiment pratiques*
Les institutionnels et les privés locaux sont *les meilleurs connaisseurs de leur offre et les seuls en capacité à suivre l’actualité au quotidien*. Aucune base de données, aucun flux Xml, ne peut remplacer cette matière première. Etre au plus prés de l’info sera une valeur sûre de 2011. La stratégie consistera à faire valoir cet apport : *renforcement des pages relatives au services pratiques* (travaillez la météo), *alimentation plus éditoriale de pages magazine* (voir l’exemple du “CDT des Landes”:http://www.tourismelandes.com/fr/414/pages/d/decouvrir/page/0, espaces 2.0 de partage de commentaires et de bons plans, etc.

*La re-qualification des espaces d’accueil physiques*
L’emprise du Web fait baisser la fréquentation physique des OT. C’est un fait. L’occasion se présente donc de repenser les espaces d’accueil : plus de convivialité, un accès facilité à l’info, une dimension “conseil” plus importante, grâce aux NTIC qui libèrent progressivement de la fastidieuse remise de dépliants et plans.

*+ un super sujet clé, qui n’est pas nouveau : WiFi partout et gratuit !*

Trois exemples : vous êtes en vacances avec un ordi ou une tablette. Sans WiFi pour relever vos mails, partager vos photos, charger un film ou une musique… vous êtes moins heureux. Autre cas de figure : vous venez de l’étranger avec votre smartphone. Le téléphone est trop cher et vous voulez communiquer avec vos proches via Internet. WiFi obligatoire. Ultime cas de figure : vous proposez une appli en téléchargement mais elle est trop lourde pour être chargée en 3G. Comment fait le client ?
En 2011, ceux qui n’auront pas de WiFi à proposer seront considérés comme absolument ringards (hôteliers, hébergeurs, campings, OT, restaurateurs : tout le monde est concerné). L’investissement est minime. Il se traduit par un gain de clients. A vous de voir 😉

Alors, ça vous inspire ? Ou bien je suis passé à côté de sujets plus importants ?

PARTAGER
Article précédentLe Guide du Routard sur iPhone
Prochain articleChiffres et analyses récents : 9 millions de mobinautes ?
Pierre Croizet est né en 1970, à Issoire. Il vit et travaille à Bordeaux depuis 1998. Il est diplômé de l’Institut des Hautes Etudes de Droit Rural et d’Economie Agricole (IHEDREA – Paris) et du DESS Aménagement du Territoire et Economie du Développement Local (Bordeaux IV – IERSO). Il a créé, en 2004, avec Benjamin Bastien, une des premières maisons d’édition électroniques de France, spécialisée dans les guides touristiques et les solutions d’information mobiles. Il intervient depuis 10 ans dans le domaine du développement local et touristique. D’abord consultant auprès du cabinet RCT et du Groupe Caisse des Dépôts et Consignations, il rejoint la Délégation Régionale au Tourisme d’Aquitaine en février 1998. Il intervient depuis janvier 2003 comme consultant senior auprès des cabinets RCT, CRITER et Un Air de Vacances, sur des missions de valorisation touristique des territoires. Ses très nombreuses interventions, menées dans un cadre privé et public, lui donnent une vision du tourisme complète et originale : – TIC et tourisme : création du premier audioguide multimédia sur téléphone 3G, mise en place d’une des toutes premières plateformes opérationnelles d’édition numérique appliquée à l’information touristique… ; – Accompagnement des démarches de développement touristiques : 15 territoires mis en réseau entre 1998 et 2002 dans le cadre de la politique de pôles touristiques en Aquitaine, missions variées relatives à la définition de plans marketing, de projets de territoires, d’organisation des acteurs… dans toute la France… ; – Monde du vin : auteur du guide du tourisme viti-vinicole dans le Bordelais (GMT Editions – 2005, avec Emilie Castanier), accompagnement des viticulteurs d’Irouléguy et du Val de Garonne (avec François Perroy), repositionnement marketing de Planète Bordeaux (avec Un Air de Vacances, 2004), définition de la politique régionale de valorisation de l’oenotourisme (avec Un Air de Vacances – 2003/2004)… Il est, par ailleurs, chargé depuis plusieurs années du cours de « Tourisme et culture » au sein de l’Institut du Développement Local d’Agen. Email : pcroizet at etourisme.info (cette adresse apparait en toute lettres pour éviter les robots)

AUCUN COMMENTAIRE