Aujourd’hui nous revenons sur un des ateliers des #ET13, animé par Sébastien Répéto sur “Les contenus qui cartonnent sur les réseaux sociaux”. Une thématique de plus en plus importante surtout depuis la démocratisation des appareils numériques de types smartphones avec appareil photos haute définition, appareil photo, drones, caméras embarquées … La vidéo est devenue un moyen incontournable pour faire découvrir son territoire et touche plus efficacement qu’une photo. Depuis peu, la vidéo prend un tout autre tournant car elle ne doit plus convenir à un seul format d’écran mais elle doit s’adapter à tous les terminaux utilisés par l’internaute et surtout au smartphone. 

En effet, aujourd’hui en France plus de 80% des moments digitaux se font sur mobile. En chiffre cela représente :

  • 177 minutes d’utilisation par jour,
  • 150 consultations par jour par utilisateur
  • les 2/3 du trafic web français qui se fait sur mobile et plus de 80% des connexions sur Facebook se font depuis un smartphone
  • 300 millions d’heures de vidéos consultés par mois dont 50% sur mobile

Pour toucher au mieux ses cibles il faut créer le bon contenu, au bon moment et au bon endroit. Mais avec le développement de l’utilisation des réseaux sociaux sur mobile une nouvelle vision du contenu se développe. Pour optimiser l’expérience utilisateur, il faut s’adapter à ses nouvelles pratiques et produire une nouvelle approche de l’affichage mobile, notamment pour les vidéos. 

Avant d’aborder la question des formats de vidéos sur les différents réseaux, voici un résumé des formats les plus populaires sur le web :

  • Youtube : une approche plutôt “recherche” du format vidéo, des formats plutôt longs et en 16/9
  • Facebook : une lecture automatique (autoplay), la possibilité de lecture sans le son, un fort potentiel de viralité mais un temps de lecture moyen assez faible (16.7 secondes)
  • Instagram : des publications sur différents formats (carré, portrait, paysage), des stories en format 9/16, un réseau 100% mobile, un contenu qui doit être compréhensible sans le son
  • Snapchat : essentiellement un format 9/16, un réseau 100% mobile, un contenu éphémère, une utilisation de géofiltres
etourismeinfo-crowdfounding

 

 

Comment optimiser la forme de son contenu video sur Facebook ?

Aujourd’hui sur Facebook la vidéo la plus répandue est la vidéo carrée en 1:1. Son format est court et adapté aux mobiles.

Ce format paraissait assez déroutant au début mais il prend de plus en plus de place sur le feednews Facebook. On peut également noter qu’un grand nombre de ces vidéos sont accompagnées de sous-titres directement intégrés et ne nécessitant ainsi pas de son. Un exemple caractéristique est celui du site d’actualité “Brut” qui communique uniquement sur facebook grâce à ce système de sous-titres intégrés.

Un autre format de vidéo qui est de plus en plus utilisé est le format 9/16 qui provient des applications Instagram et Snapchat notamment avec le format des “stories”.

Pourquoi s’orienter vers ces nouveaux formats ? Tout simplement car que le newsfeed Facebook aura tendance à mettre en avant les vidéos au format carré ou 9/16 qui sont bien plus immersif sur mobile.

 

L’utilisation des stories sur instagram

 

Sur Instagram, les formats de vidéos sont déjà adaptés. Là où la différence se joue c’est sur les stories. Le reach est souvent supérieur sur les stories plutôt que sur les publications.

Comment optimiser ses stories sur instagram ?

  • Poster tout au long de la journée
  • Mixer les formats (photo, vidéo, boomerang, hyperlapse)
  • Utiliser les fonctionnalités mises à disposition (stickers, polls, hastags cliquables) 
  • Utiliser la géolocalisation pour apparaître dans la story du lieu
  • Construire une histoire afin que le contenu ne soit pas décousu

 

 

Snapchat et les Géo-filters !

En bonus par rapport à l’atelier, je souhaitais vous parler de Snapchat, qui malgré le passage d’Instagram aux stories, il reste un réseau toujours utilisé, en particulier par les jeunes générations. Depuis plusieurs mois l’accès aux géo-filtres est devenu ouvert. C’est à dire que vous pouvez maintenant créer vos propres géofiltres localisés … sous certaines conditions bien sûr.

Concrètement il existe 3 catégories de géofiltres sur Snapchat :

  • La communauté :  il permet de créer un filtre Snapchat pour une ville, un quartier, une école… Tous ces filtres sont gratuits mais réservés aux lieux publics
  • Le personnel : il permet de créer un filtre Snapchat pour un anniversaire, un mariage, une fête, des vacances… pour un tarif de 5€ minimum

  • Le professionnel : il permet de créer un filtre Snapchat pour une marque, une enseigne, un restaurant, un événement… celui là est payant pour les marques

 

Pour résumer, n’importe quel utilisateur souhaitant créer un geofiltre localisant un quartier ou des lieux publics, peut le faire et ça totalement gratuitement. Pour les entreprises ou marques souhaitant créer des geofiltres éphémère (pour un événement) ou pour une marque devront payer. Cependant vous pouvez créer des géofiltres proche géographiquement de votre marque (sans inclure le logo) qui représenteront des lieux de votre territoire, peut-être que certains d’entre vous le font déjà ou vont le faire ?

La leçon à retenir de cet atelier est simple : la vidéo est un moyen d’expression incontournable qui doit s’adapter à l’usage de l’utilisateur pour que son expérience soit satisfaisante. Maintenant, il ne vous reste plus qu’à mettre en pratique et utiliser ces nouveaux formats. D’ailleurs, si vous les utilisez déjà n’hésitez pas à nous en faire part dans les commentaires et à nous confier vos retours d’expériences (réussi ou pas) !

PARTAGER
Article précédent#ET13 : L’avenir des OGD
Prochain articleLes 3 défis du marketing d’influence en tourisme

Apprenti blogueur pour etourisme.info et récemment diplômé du Master AGEST (Aménagement et Gestion des Equipements, Sites et Territoires Touristiques) à l’université Bordeaux Montaigne. Son temps libre est consacré à la « Geekerie », il est passionné par l’univers du numérique et des nouvelles technologies mais aussi par la culture Geek. A la recherche de nouvelle aventure il a décidé en novembre dernier de partir en Nouvelle-Zélande pour développer ses “english skills”. Mais dans 1 an, il sera de retour pour de nouvelle aventures, alors n’hésitez pas, contactez le !