Pour répondre à cette difficile question, nous prenons la direction les Sables d’Olonne où se tenait lors d’un beau week-end de juin une manifestation sportive d’envergure internationale. La ville du « Vendée Globe » a en effet accueilli son 1ertriathlon 70 .3 du label Ironman après de longs mois de tractation. J’ai donc dû mouiller non pas la chemise mais le maillot pour notre blog préféré 😅 Je reviens vers vous tout d’abord en un seul morceau et vous offre une réflexion à travers une expérience vécue sur :

  1. Les retombées et les chiffres clefs d’une telle épreuve
  2. Les 5 clefs d’une organisation réussie
  3. Le rôle que les destinations ont dans la venue ou la création d’un évènement à l’échelle d’un territoire.

Mais Jérôme avant de commencer, peux tu nous dire ce qu’est le triathlon et quel est le lien avec « tourisme » ?

Selon Wikipédia, je cite : ” Le triathlon est une discipline sportive constituée de trois épreuves d’endurance enchaînées dans l’ordre suivant : natation, cyclisme et course à pied “. Les distances de chaque composante évoluent selon le format de la course.

Il faut que vous preniez conscience que comme beaucoup de sport d’endurance outdoor (marathon, trail, randonnée, etc), la pratique du triathlon est en plein boom en France.

Quelques chiffres à retenir :

  • En 2016, on compte 50 000 licenciés et 100 00 pratiquants, soit +130 % de licenciés en 10 ans
  • Les épreuves se sont multipliées : de 1 300 en 2008 nous sommes passés à 2 901 en 2015
  • Une augmentation du nombre de pratiquants occasionnels : 29 937 en 2009 et plus de 86 000 en 2015

Source : mytrainingdiary.fr

Ce triathlète, autant « touriste » que sportif 😀

Un sportif tel qu’un triathlète peut se déplacer à travers tout le pays pour assouvir sa passion et il emmène avec lui « sa tribu » pour y associer sport et tourisme… Le triathlon fait en effet partie d’une longue liste de sports qui amène à bouger pour pratiquer sa discipline. Je ne me souviens pas de toutes les villes et autres terroirs que nous avons pu découvrir ou redécouvrir mais la liste commence à être longue : Marseille, Verdun, Troyes, Dijon, Feins, Versailles, Pont-l’Évêque, etc, etc. Je dis « nous » car un triathlète se déplace rarement seul, il emmène avec lui sa tribu, femme, homme, enfants, amis, etc. Nous soulignons d’ores et déjà à travers ce constat, le potentiel touristique de ce voyageur en puissance…

Jérôme entouré de sa famille et amis à l'arrivée du triathlon des Sables d'Olonne afin de représenter le fait qu'un triathlète ne se déplace rarement seul
Un triathlète ne se déplace rarement seul… Il amène famille, amis voire même davantage si affinités 😉

…Un triathlète et particulièrement un adepte du label Ironman y consacre un « petit » budget 💶

C’est entre autres pour cela que la ville des Sables d’Olonne a depuis longtemps conscience de l’intérêt d’afficher des évènements sportifs d’envergure sur son agglomération. Bien que nous ne soyons pas toutes amatrices ou tous amateurs de triathlon, qui n’a pas entendu parler de la marque « Ironman » ? Sans aucun doute moins connue que Booking.com ou Airbnb, Ironman jouit néanmoins d’une notoriété grandissante auprès du grand public à l’échelle internationale. Mythique pour des bonnes et des moins bonnes raisons… Bonnes parce que le label rime avec l’histoire de ce sport sur des formats longues distances et moins bonnes car le ticket d’entrée d’une course sous label Ironman est disons le prohibitif. Facture à l’appui, j’ai payé 297 € pour ma participation à l’half ironman ! On ne parle ici « que » d’un format ½ Ironman car pour un Ironman complet, il faut compter à partir de 600 € !!! Attention, âmes sensibles s’abstenir, on parle « sport » oui mais aujourd’hui et de plus en plus, le sport rime avec « Business ». C’est là également l’objet de cet article quand le sport est devenu une véritable économie avec des retombées qui peuvent être impressionnantes pour des destinations.

Facture de l'half Ironman des Sables Olonne de 297 €. Bienvenue dans le sport business même pour des amateurs
Et oui, ce n’est pas une blague… Bienvenue dans le sport business même pour des amateurs !

Mon retour d’expérience de l’half Ironman des Sables d’Olonne d’un point de vue touristique :

  • Des commerçants heureux et mobilisés :

    • Les drapeaux Ironman flottaient sur certaines vitrines de restaurants et autres boutiques
    • Chose très rare, j’ai même repéré un menu spécial « Ironman » dans un restaurant sur le port !
    • Un diner possible qu’à 21h30 ! Nous nous y sommes pris trop tard en voulant réserver un restaurant italien (pâtes obligent) le midi pour le soir… Pas de tables de libres avant 21h30. Nous avons constaté que l’ensemble des restaurants avaient fait le plein !
    • On n’oublie pas les hôteliers, chambres d’hôtes et autres gites qui ont rempli sans grande difficulté lors de ce week end même sur quelques jours avant et sans doute pour certain la nuitée du dimanche
  • De très fortes retombées médiatiques :

Pour la ville des Sables d’Olonne bien qu’elle ne soit pas à son 1er coup d’essai internationalement connue pour le « Vendée Globe ». Je me suis procuré quelques coupures de journaux le jour de la course et quelques jours suivant l’évènement et les titres de la presse sont à l’unisson : « L’ironman 70.3, un immense succès » ou encore « Un dimanche au rythme de l’Ironman aux Sables-d’Olonne » pour Ouest France du lundi 17 juin 2019. Je me suis même fait un amie bloggeuse « Anne Dubndidu » qui a posté le 14 juillet une vidéo Youtube compte-rendu de sa course mettant entre autres en avant la ville des Sables. Je ne parle même pas des photos et autres vidéos diffusées sur les réseaux sociaux des participants et des relais auprès des médias internationaux. Jimmy BERTRAND, le Directeur Adjoint, Responsable promotion et développement de l’Office de Tourisme de la Destination Sables d’Olonne nous a confirmé un gros pic de trafic sur l’ensemble de leurs réseaux sociaux ainsi que sur leur site Internet quelques jours avant, pendant et quelques jours après la compétition.

Extraits des quelques revues de presse glanés avant et après l'évènement de l'half Ironman des Sables d'Olonne
Extraits des quelques revues de presse glanés avant et après l’évènement
  • Des athlètes pour la plupart au niveau de vie élevé et pour tous comblés :

    C’est une différence majeure entre un triathlon classique organisé par un club qui mobilise quelques centaines d’athlètes et un triathlon sous un label Ironman. Au prix de la participation on comprend que la sélection ne se fait pas tant sur un niveau sportif mais plutôt sur le niveau du portefeuille. Résultat des courses : beaucoup de très belles et chères voitures, de très beaux et chers vélos, propriétaires d’athlètes qui ne semblent pour la plupart, pas « regarder » à la dépense et privilégient le confort

Pour rappel, « Ironman » c’est aujourd’hui plus de, je cite « 130 courses pour des nombres dépassant 230 000 concurrents » par an avec jusqu’à 2019, 3 villes françaises ont la chance d’accueillir cette marque à savoir Nice, Vichy et Aix-en-Provence et maintenant les Sables d’Olonne. C’est une marque qui a été achetée en 2015 par l’entreprise chinoise Dalian Wanda Group pour un montant de 650 millions de dollars. Intéressant de souligner que ce groupe financier chinois est par ailleurs spécialisé dans l’hôtellerie et le cinéma… Comme par hasard…

Les principaux chiffres marquants à retenir autour de l’évènement :

  • 41 jours pour s’emparer des 2 850 dossards de la course ce qui est du jamais vu pour la société Ironman ! Les organisateurs tablaient sur 1 500 athlètes pour la 1ère édition puis 2 000 pour la 2ème, record battu dès la 1ère édition. Les inscriptions pour l’édition 2020 ouvre dès le 30 juillet et les organisateurs estiment que les dossards seront tous pourvus en 2 semaines, 3 semaines maximum soit un nouveau record de précocité en perspective…
  • Selon les organisateurs, + 10 000 personnes le temps d’un week-end comprenant 2 500 athlètes et 7 500 supporters
  • Des séjours moyens de 5 à 6 jours
  • 27 nationalités
  • 800 bénévoles
  • Un contrat de 4 ans pour la Ville des Sables avec comme objectif ultime d’organiser un Ironman complet dans les prochaines années

Les 5 clefs du succès pour accueillir une telle épreuve :

  • Proposer un parcours de qualité voire même mythique comme ce fut le cas pour les Sables d’Olonne :

    Pour rappel, les distances d’un Half Ironman sont les suivantes :
    • 1,9 km de natation 🏊‍♀️ On évite la piscine municipale car cette distance représenterait 76 longueurs de 25 mètres à effectuer ! Pour les Sables, le spot fut celui du chenal du Vendée Globe… Ce peut être un étang, une base de loisirs, etc.
    • 90 km de vélo 🚴‍♀️ L’idéal pour les coureurs est que les routes soient fermées à la circulation et que le parcours ne fasse qu’une seule et unique boucle ce qui fut le cas aux Sables d’Olonne. Néanmoins, selon les courses, les routes peuvent rester ouvertes à la circulation et nous pouvons avoir 2 voire même 3 boucles.
    • 21 km de course à pied 🏃‍♀️ Sur route, terre ou sable en 1 ou plusieurs boucles, tout est envisageable. Ce fut 3 superbes boucles le long de la côte atlantique sur le Remblai des Sables d’Olonne.
La partie natation dans le mythique chenal du Vendée Globe !
La partie natation spectaculaire dans le mythique chenal du Vendée Globe !
  • Avoir des infrastructures d’accueil suffisantes :

    Selon l’envergure de l’évènement que vous souhaitez accueillir voire même porter (soyons fous 😜), les exigences ne seront pas les mêmes au sein du cahier des charges. Il faut donc évaluer de manière précise votre capacité d’accueil au niveau des hébergements, du transport et de la restauration et la mettre en relation avec le nombre de participants comprenant leur « tribu ». La quantité est le minimum à regarder puis en fonction du positionnement, j’ose dire de la cible de l’évènement que vous convoiter, la qualité pourra être revue en visite.
  • Avoir un vivier de bénévoles surmotivés et souriants :

    Aucune course sportive « outdoor » ne serait possible sans la mobilisation de bénévoles. Ils sont donc indispensables et plus la course est importante plus leur nombre doit l’être. Votre commune ou agglomération doit donc tout faire pour les motiver et les mobiliser autour de votre évènement. Ils peuvent être issus des différents clubs ou associations soutenus par votre territoire tout comme ils peuvent être purement extérieurs à toute entité. Nous l’avons dit, ils étaient plus de 800 pour cet Half Ironman des Sables d’Olonne.
  • Un accueil favorable et indispensable des élus :

    Patrick Girard, le co-président des Sables Vendée Triathlon qui a porté le projet et à qui la ville doit la venue de cette fameuse course, est allé à la rencontre des maires et il l’avoue : « on a eu un accueil plutôt surprenant quand on est allé leur annoncer qu’on allait bloquer leurs routes. Toutes, toutes, toutes les mairies ont dit : mais non, au contraire, c’est nous qui vous remercions de mettre notre territoire en valeur. Et ça, sincèrement, ça change la donne, c’est beaucoup plus facile. Sans eux, il n’y aurait pas de course. » Cela me fait penser au Tour de France qu’organise ASO. Sur Europe 1, le dimanche 30 juin 2019, Christian Prudhomme, son Directeur rappelait que les élus étaient pour la plupart très motivés et facilitateurs pour faire venir les caravanes du Tour. Ils ont en effet bien compris les retombées économiques et médiatiques de telles manifestations.
  • Un porteur de projet et un ambassadeur :

    Si vous souhaitez organiser un évènement sportif sur votre commune, vous n’y arriverez certainement pas seul. Il vous faudra une parfaite alchimie entre 3 dimensions à savoir le monde sportif, politique et économique. Il vous sera également indispensable d’avoir un porteur de projet identifié comme la personne en charge du dossier, le pilote de l’avion. Pour les Sables, cette personne providence s’appelle Patrick GIRARD. Cet ancien triathlète professionnel dans les années 1980, passé par différentes expériences professionnelles après sa carrière de sportif, s’est mis en tête d’attirer le label Ironman pour sa ville des Sables et le pari a été réussi grâce à sa vision. Il a ensuite su s’entourer d’une tête d’affiche sportive à savoir Frederik Van Lierde est un triathlète professionnel champion d’Europe longue distance, vainqueurs de multiples Ironman et champion du monde Ironman… Rien que cela.

Comment les institutions locales se sont-elles organisées ?

A cette question, nous allons répondre à une autre question… Quel rôle à jouer l’OT des Sables-Olonne ? AUCUN.

Nous nous sommes rapprochés du Directeur Adjoint Jimmy BERTRAND qui nous a rapidement et gentiment répondu par la suivante…

« L’Office de Tourisme Destination Les Sables d’Olonne n’était pas partenaire associé à l’organisation de l’Ironman. Je vous invite à contacter le service communication de la ville des Sables d’Olonne qui a piloté cette organisation et qui sera en mesure de vous répondre. »

Bien dommage… 🤔

Nous nous sommes donc tournés vers les services de la ville. Après moult relances téléphoniques et courriels, bien que je réussisse enfin à avoir la Directrice Adjointe de la communication dont je tairais le nom, elle n’a jamais voulu répondre à nos quelques questions… Bien dommage 🤫

Dans ce cas concret il s’agit donc de la ville qui a « porté » le projet avec le club de triathlon des Sables, soutenus par le département et la région. Nos Organismes de Gestion de Destinations tels que Vendée Tourisme ou l’OT des Sables n’ont tout simplement pas été engagés dans l’évènement ! Aucune relation et coordination des acteurs que ce soit avant, pendant et après la course. Non plus quel dommage mais quel gâchis ! Alors comment expliquer cela ? Les raisons peuvent être multiples :

  • Chacun travaille de son côté se focalisant sur ses propres missions sans chercher à faire des ponts entre les organismes
  • Défaut de communication transversale
  • Une forme de jalousie voire « chasse gardée » sur certains dossiers
  • Manque de temps vis-à-vis du label Ironman
  • Etc, etc

Je ne suis pas le mieux placer pour répondre à cette question mais quoi qu’il en soit, tout cela s’orchestre au détriment d’une valorisation performante du territoire et d’une coordination optimale des socio-pros… 🤭

Alors que ce soit vous ou un autre organisme qui se lance dans une si belle aventure de porter un évènement sur votre territoire, rappelez-vous des enjeux, des retombées mais surtout n’oubliez pas de la jouer collectif pour le bien de votre destination 🤝

Votre rédacteur une fois la ligne d’arrivée franchie en 5h09 😉

Sources :