Il est des vendredis comme ça où l’on peut s’attendre à tout. En voyant ce titre, les plus alcooliques de nous diront que je ne sais même pas écrire “calva”. Les plus lucides vont prendre peur en réalisant que Pierre Eloy va leur parler rapidement, car c’est vendredi et que le vendredi, c’est le jour du “easy friday”, d’organisation et de gestion de projet… un esprit bordélique et créatif (oui j’aime m’auto-flatter le friday) qui vous parle de méthode. Bonne chance ! 

Oui, oui, on va bien parler de gestion de projet… un vendredi 

Après le dynamisant et rafraichissant article de Jean Luc hier sur ces modèles de collaboration OT-acteurs touristiques nouvelle génération, je vous propose un article assez bref mais qui pourrait être utile à beaucoup. Dans mes nombreux tours de France des gens motivés, une remarque revient souvent :

Bah je l’ai proposé mais on m’a dit… non 

Beaucoup d’experts locaux parmi vous ont plein d’idées, mais parfois, vous galérez pour convaincre les décisionnaires car votre super innovation (ou votre projet terre à terre très pertinent également) est présenté en 10 secondes entre deux portes dans un couloir ou oralement à la fin d’une réunion d’équipe… et souvent, on arrive à la même conclusion : l’équipe ou le décisionnaire, qui ne sont pas dans votre cerveau, auront tendance à dire “hum c’est une bonne idée…mais… on a autre chose à faire”. 

etourismeinfo-crowdfounding

 

N’oubliez pas qu’on n’est pas dans votre tête 🙂 

Que votre idée soit numérique pur, soit relationnel, soit collaboratif, soit juste une idée géniale, on s’est dit que ça serait bien de finir la semaine en vous partageant un support qui vous aide à poser sur papier (ou écran) cette idée.

Quand les idées deviennent des projets structurés répondant à des questions stratégiques, avant de foncer dans l’élaboration précipitée ou copiée chez mon voisin, cela change la donne quand arrive le moment où vous allez présenter cette idée. N’oubliez pas qu’on n’est pas dans votre tête et qu’une idée a besoin d’être visuelle.

Alors nous y voilà, je vous rassure, ces méthodes ne viennent pas de moi, je ne suis qu’un opportuniste usurpateur-partageur 🙂 ayant la chance de partager son temps professionnel avec des gens forts sympathiques comme Francois ou Ludo du blog et avec ma “pote de cerveau” Sophie Moreau avec qui j’ai la chance de mettre ces méthodes en pratique sur le terrain. Quand on voit les résultats, on se dit que ce serait dommage de ne pas vous le partager. Je vous rassure c’est “presque” simple. 

 

Nous y voilà, au fameux canevas 

Rien de révolutionnaire dans ce billet, certains d’entre vous appliquent peut être déjà cette façon d’aborder un projet et tant mieux. Pour les autres, voici comment résumer en un seul visuel la présentation d’une idée (ou d’un projet quand l’idée devient mature).

Vous trouverez beaucoup de modèles en ligne (cherchez canevas de projet) , souvent trop détaillés pour une première approche de l’idée, mais ca vaut le coup d’avoir ces modèles sous la main. Un article complet et en français vous présente ces notions de canevas

 

Nous, on s’en est fait un version “light”.

Je vous recommande de personnaliser le vôtre avec vos mots, mais de garder ces grands thèmes que vous allez répartir sur une feuille recto (ou un écran) :

  • Titre de l’idée : restez ou devenez des marketeurs avec un titre qui attire l’attention
  • Cibles : déterminez la ou plus souvent LES cibles concernées par votre projet. Vous verrez facilement qu’un projet de DMO touche souvent plusieurs cibles dans le même projet (acteurs locaux, élus, équipe…) 
  • Pourquoi ? : Cette question est centrale, elle n’est pas si simple que cela. C’est à partir de cette réponse que vous allez partager votre conviction de créer ou de faire évoluer le sujet du projet
  • Objectifs : soyez très pragmatiques, votre idée doit trouver la solution à un problème ou à un manque. Ici aussi, le pluriel est de mise car les objectifs sont à plusieurs niveaux et pour plusieurs cibles 
  • Moyens de mise oeuvre : on commence la liste des courses des “ingrédients” qui seront nécessaires au succès de l’idée
  • Les personnes ressources : détaillez les personnes qui sont déjà impliquées ou qu’il faudra impliquer (ca va jusqu’au traiteur si vous décidez de concevoir votre futur site web avec vos acteurs locaux pendant une demi journée de tempête de cerveaux) 
  • Les limites : question cruciale, plus vous trouverez “pourquoi le projet pourrait planter”, plus vous allez pouvoir anticiper des actions pour lever ces freins
  • Le déroulé ou plan d’actions ou roadmap (la classe ça) : Vous allez montrer à vos décideurs que votre projet a été pensé, structuré et phasé avec un “conducteur” général de réalisation. 

Vous trouverez ici un simple document excel qui pourra vous servir de trame mais encore mieux pour nous, dessinez et écrivez à la main votre projet en y mettant votre touche perso, vos tripes et présentez ce document visuel à l’ensemble de votre équipe lors d’un moment officiel d’attention et de concentration… c’est terminé les idées partagées dans un couloir entre deux réunions 🙂 

 

Ouais, j’imagine le choc quand un créatif vous donne des outils de cadrage, ça me fait des guillis dans le ventre 🙂 … Mais sincèrement, osez cette méthode simple pour votre prochaine idée de génie touristique et dîtes nous si vous avez pu convaincre plus facilement votre équipe ou vos décisionnaires. 

Bon week end à tous ! 

PARTAGER
Article précédentUn aménagement très touristique
Prochain articleLe cercle vertueux de l’expérience vécue

Pierre Eloy est le fondateur de Touristic et le co-fondateur d’Agitateurs de Destinations Numériques, entreprises bordelaises dédiées aux solutions numériques pour les professionnels du tourisme. Les interventions de Pierre, son cœur lorrain et sa vie dans le Sud Ouest en font un personnage incontournable du tourisme digital et relationnel ! Ne vous étonnez pas si un jour vous le croisez dans une boulangerie californienne, il a promis qu’un jour il serait boulanger !