Le blog de Gulliverse vient de publier un excellent article sur le classement des applications smartphones des Offices de Tourisme.
Alexandre a passé au crible l’App Store pour analyser plus de 120 applications iPhone des Offices de Tourisme français. Au final, avec 40 critères, un classement a été effectué.
En tête du palmarès

  • Ma Côte Basque et La Rochelle coté villes
  • Les 3 Vallées les 2 Alpes pour la montagne.

Je vous laisse découvrir dans le détail cet article instructif. Je note simplement que le blog de Gulliverse regrette que les applis soient majoritairement étudiées pour l’accueil, et non pour la phase “préparation du site du voyageur”, manière de faire rêver l’internaute avant son départ.
Mais la réalité économique des Offices de Tourisme et la nouveauté (relative) des applis fait que dans un premier temps, les destinations pensent d’abord à une application d’accueil.

Et de ce coté-là, on n’a pas été déçu avant et pendant l‘été : l’appstore regorge de nouveautés. On a reçu des communiqués de presse pour des nouveautés encore au 15 août. là on sait ce que ça veut dire : le directeur de l’OT ou de l’ADT voulait absolument l’appli pour la saison, mais les contingences font que ça a pris un sacré retard, et que les visiteurs en profitent à la fin du mois d’août. Même si le directeur râle beaucoup auprès de son fournisseur, de son SIT, etc, etc. 🙂

Parmi ces nouveautés, je note quatre tendances parmi les réalisations d’applications, qui sont autant de stratégies possibles pour un office de tourisme.

L’application généraliste
A l’instar de Ma Cote Basque, la destination propose une application globale d’accueil et de découverte. On y trouve l’ensemble de l’offre touristique géolocalisée, et souvent des goodies ou des fonctions supplémentaires : réalité augmentée, possibilité de notation, commentaires audios et/ou vidéos.
Dans les nouveautés, on peut citer l’application du Cap d’Agde, réalisée par Batura Mobile. Très complète, l’application propose des fonctionnalités supplémentaires : un audioguide en six langues, et une fonctionnalité géocaching, directement utilisable avec l’Iphone.

Les applications généralistes sont tout à fait évidentes pour une destination touristique forte ou une station incontournable. Ce sera beaucoup moins pertinent pour un petit territoire, ou un département non identifié touristiquement.

L’application de visite
Utiliser le smartpphone comme un audio-vidéo-guide géolocalisée, voilà un service à rendre aux visiteurs. Surtout si l’ensemble des informations peuvent être embarquées dans le smartphone : cela évite les problèmes de connexion et permet aux étrangers de s’affranchir des coût insolents de roaming (connexion à l‘étranger).
Phone Labs propose des itinéraires rando ou pédestre, comme à La Rochelle ou dernièrement sur le Pays de Bergerac.
L’application Ardèche Mobile de Camineo est totalement dédiée à la visite : c’est un guide touristique. Fruit d’une collaboration entre les offices de tourisme du territoire Sources et Volcans d’Ardèche, il comporte 10 balades à faire à pied ou en voiture. En français ou en anglais, chaque étape de la balade est commentée.
A noter que les offices de tourisme du territoire louent des smartphones 2 euros par jour pour les visiteurs non équipés, et que l’appli est proposée en version Androïd.

Une réflexion pour ces applications de visite : dans le cas des applis Phone Labs, au moment de l’installation sur le smartphone, l’utilisateur ne charge qu’une partie des données. Une option “disponible hors connexion” permet de le télécharger complètement.
Alors que pour Ardèche Mobile, tout le contenu est téléchargé à l’installation, soit 359 Mo. j’ai eu le temps d’aller déjeuner (gargantuesquement) durant le téléchargement!
Je pense que c’est rédhibitoire pour les mobinautes…

L’application collection
Plutôt que d’inventer une nouvelle appli, pourquoi ne pas rejoindre une collection déjà bien installée auprès des mobinautes? C’est ce qu’ont chois les offices de tourisme du Coeur Riviera (Villefranche-sur-mer, Eze, Beaulieu, La Turbie, Cap d’Ail, Saint jean Cap Ferrat) en réalisant un guide Monument Tracker.
Le concept est simple : vous définissez votre distance d’alerte (de 0 à plusieurs centaines de mètres), et vous laissez le smartphone dans la poche. Lorsque vous passerez à proximité, une alerte vous invite à consulter la fiche. Le contenu peut être entièrement téléchargé dans le smartphone pour les étrangers.
A noter que l’application est vendue (1,59 euros) sur l’appstore. La collection Monument Tracker commence à être importante, surtout dans le Sud Est. On peut imaginer que la notoriété de l’appli sera proportionnelle au nombre de sites présents dans la collection.

L’application d’accueil
Pour le moment, c’est Biscarrosse– qui s’est lancé dans cette application d’accueil iBisca Pro. Je ne reviens pas dessus, puisque Pierre a développé le concept dans cet article-.
Extrêmement ergonomique, cette réalisation d’Apps and Co est destinée à l’iPad et se veut être utilisée à l’accueil par les conseillers en séjour, les prestataires, et bien sur le grand public. A noter que Gulliverse, dans son article, estime que ce type d’application participe de la phase “séduction” et que ces applications riches en média apportent un peu de rêve chez soi.

Approuvez-vous cette classification? D’autres suggestions?

PARTAGER
Article précédent[2] Spécial mobilité : 2 applications d’office de tourisme au banc d’essai
Prochain article[4] Spécial mobilité : Voyager, applis c’est tout !
Jean Luc Boulin est directeur de la Mission des Offices de Tourisme Nouvelle-Aquitaine (MONA). Cette structure, unique en France, regroupe les Pays Touristiques et les Offices de Tourisme de Nouvelle-Aquitaine. Elle est soutenue par le Conseil Régional. Deux missions principales lui sont confiées : la structuration touristique des territoires et la professionnalisation. Dans ce cadre là, la MONA assure une veille permanente sur le etourisme et accompagne des expériences dans son réseau. Directeur de l’office de tourisme de l’Entre-deux-Mers (Gironde) et du pays d’accueil touristique du même nom pendant plus de dix ans, Jean Luc Boulin dirige la MONA depuis sa création en 2003. Le manque de source d’information au même endroit sur le etourisme institutionnel et le besoin d‘échanger sur cette formidable mutation du métier des offices de tourisme vers l’Internet ont donné l’idée à Jean Luc Boulin de créer ce blog “etourisme.info”, qui se veut être le creuset de l’etourisme institutionnel sous toutes ses formes. Jean-Luc Boulin est également enseignant en Master Tourisme AGEST (aménagement et gestion des sites et territoires touristiques) à l'université de Bordeaux Montaigne. Le site Internet de la MONA. |Email : jlboulin at etourisme.info (cette adresse apparait en toute lettres pour éviter les robots). |Twitter : @JeanLucBoulin