En ces premiers jours de l’année, je vous propose les prédictions de la rédaction du blog etourisme.info : changement climatique, activité touristique, nouveauté (ou pas) technologiques, tout est plus ou moins sérieux, mais rien n’est infondé. Après les prévisions bien déjantés de Brice Duthion, voici un tour de piste des autres membres de la rédaction…

L’industrie touristique s’engagera-t’elle pour le climat ?

Lorsque j’ai interrogé la rédaction, c’est dans ce domaine que j’ai eu le plus de réponses. Cela fait maintenant quelques mois que tourisme et changement climatique interrogent nos consciences. Cela est-il du à la démission de Nicolas Hulot ou à la publication du manifeste à l’occasion des #ET14? Je pense pour la deuxième hypothèse…

Pour Sophie, 2019 sera l’année de l’écologie avec la poursuite de mouvements comme #onestpret, l’implication des OT dans la prise de conscience du touriste de respecter la nature, le développement de système ludiques et écologiques comme le #2minutebeachclean dont nous parlait Pierre dans son dernier article … Analyse partagée par Sébastien Gonzalez

Guillaume Cromer renchérit : “Je pense qu’on sera sur une année de schizophrénie profonde avec d’un côté, tout ce que dit Sophie Duprat-Caouré sur la conscience écologique mais d’un autre côté toute la course à l’IA poussé par les régions qui cherchent à tendre vers du marketing prédictif et avoir moins de dépendance aux OTA et à Google… Et bien sûr on cherchera toujours à avoir + de touristes sans remettre totalement en cause le système même si on verra apparaître des signaux faibles de destinations qui voudront expérimenter d’autres modèles. Côté client, je prédis un renforcement des recherches de dépaysement de proximité pour les gens, pour souffler, pour se reconnecter, etc.”

Les Offices de tourisme en mutation ?

La question du devenir des Organismes de Gestion de Destination occupe pas mal l’esprit des blogueurs.

Pour Cédric Chabry, deux phénomènes probablement très liées entre eux vont intervenir : une vraie explosion de la vente en ligne des activités et l’hybridation (houla !) des modèles économiques de certains OGD. Certes, rien de fondamentalement nouveau mais pour Cédric, les planètes sont réellement alignées pour la première fois : de nouveaux outils dignes de ce nom pour les pros et les OGD, une prise de conscience des pros sur l’importance de la vente en ligne, et les usages de l’achat sur mobile en séjour…).
Mais d’autre part on voit émerger des signaux qui trompent rarement (notamment Google qui avance fort sur l’intermédiation en billetterie). Pour Cédric, c’est un des axes qui vont amener les OGD à bouger en terme de modèle economique (enfin ?), se professionnaliser sur les logiques commerciales, voire se (faire ?) « privatiser ». Avec pourquoi pas en effet le développement des structures privées concurrentielles dès lors que le business des activités sera prometteur ?
Paul Fabing toujours optimiste, annonce rien de moins que “la transformation ou la disparition des offices de tourisme’. Et préconise surtout de leur trouver des appellations en accord avec leurs activités et services, notamment pour les grandes villles ou les stations. Pour les autres, préconise notre blogueur alsacien (oui, c’est le seul), il faudra bien qu’ils se transforment en quelque chose de plus en phase avec la demande…

De la recherche de l’essentiel

Pour Nicolas Barret ” la tendance à venir sera le LOCAL : les grandes plate-formes vont chercher du local et de l’authentique (Booking, Accor, etc.) les circuits-courts touristiques (clientèle de proximité, consommation locale) vont émerger.

Alors que Sébastien prédit, coté client, un retour aux essentiels, aux choses simples, la famille, la bonne bouffe, de jolis paysages, des escapades à proximité et une certaine lassitude vis à vis des réseaux sociaux.

Des sites web d’offices de tourisme uniformisés?

Sur le plan digital, Cédric prédit une uniformisation des sites ! Certains croyaient à la disparition du site web, d’autres aux usines à sites pour économiser, alors que la vérité, je vous le dis, est ailleurs les amis : la photocopieuse !!!
Et il est vrai que les dernières productions de site de destination ont un air de copié-collé, mais j’y reviendrai prochainement.

Toujours dans le digital, pour Mathieu Bruc, on assistera à un développement des algorithmes chez les GAFA pour nous proposer des offres touristiques sur mesures à l’instar de Netflix et Spotify, bien que leur algorithme est largement perfectible.

Toujours pour Mathieu, les réseaux sociaux vont coûter cher : obligation de dédier des budgets de plus en plus importants en sponsorisation sur les réseaux sociaux pour “forcer” la visibilité et déjouer et les lois drastiques des algorithmes qui limitent la visibilité organique. Avec la contre partie, c’est le coût d’impression qui va mathématiquement augmenter. Il va falloir être bon sur la gestion des performances de campagne pour avoir un bon retour sur investissement. Lire à ce propos le billet de Frédéric Gonzalo publié hier.

En face, Sébastien comme Mathieu prédisent un désamour des réseaux sociaux de plus en plus important.

La boule de deux sages

François Perroy et Paul Arsenault nous livrent en final de cet article des prédictions totalement visionnaires

François Perroy : “En 2019 : les vacances seront remboursées par la sécurité sociale, malgré l’opposition majeure des retraités qui ne comprennent pas que la société veut prendre des vacances.”

François Perroy  : “Et aussi la fin du concept d’offices de tourisme pour deux raisons principales : d’une part l’idée se répand dans la société qu’il faut réduire le périmètre d’intervention publique (fin des subventions à la culture et au sport également, mais lancement du premier championnat du monde de traversée lente des rond-point) et d’autre part parce que les GAFA veulent des bureaux physiques au contact des utilisateurs. Booking et Airbnb veulent ouvrir des offices d’accueil dans les 10 métropoles françaises : ils lancent un vaste plan d’achat des offices de tourisme urbains.”

François Perroy : “Et plus probable, la désaffection à l’égard des réseaux sociaux : on n’y va plus, vastes espaces de conneries et de méchanceté, on en revient à la conversation privée entre humains, car face à l’échange social, on voit poindre un mouvement hyper individualiste qui consiste à se doter d’IA individuelles qui s’occupent de nos réseaux sociaux : elles écrivent, publient à notre place. D’abord bienveillantes, on les voit aussi s’énerver entre elles et rivaliser dans l’art de la dispute sociale. Pendant ce temps, on part en vacances ni vu ni connu.”

Paul Arseneault : “Bon touriste, mauvais touriste: inspiré par le passeport touristique international, certains États imposent désormais, sur le modèle de la Chine, un visa d’entrée prouvant la qualité des visiteurs (évaluation à la Airbnb des hôtes) ajouté à des algorithmes de multitudes de caméras observant le comportement social des visiteurs.”

Paul Arseneault : “L’objectif de la France devient donc d’atteindre 50 millions de touristes; mais les plus polis et propres, et riches”

On va vivre une très belle année 2019, non ?

PARTAGER
Article précédentTops et tendances : le best of 2018
Prochain articleEn 2019, adoptez un tourisme éco-friendly
Jean Luc Boulin est directeur de la Mission des Offices de Tourisme Nouvelle-Aquitaine (MONA). Cette structure, unique en France, regroupe les Pays Touristiques et les Offices de Tourisme de Nouvelle-Aquitaine. Elle est soutenue par le Conseil Régional. Deux missions principales lui sont confiées : la structuration touristique des territoires et la professionnalisation. Dans ce cadre là, la MONA assure une veille permanente sur le etourisme et accompagne des expériences dans son réseau. Directeur de l’office de tourisme de l’Entre-deux-Mers (Gironde) et du pays d’accueil touristique du même nom pendant plus de dix ans, Jean Luc Boulin dirige la MONA depuis sa création en 2003. Le manque de source d’information au même endroit sur le etourisme institutionnel et le besoin d‘échanger sur cette formidable mutation du métier des offices de tourisme vers l’Internet ont donné l’idée à Jean Luc Boulin de créer ce blog “etourisme.info”, qui se veut être le creuset de l’etourisme institutionnel sous toutes ses formes. Jean-Luc Boulin est également enseignant en Master Tourisme AGEST (aménagement et gestion des sites et territoires touristiques) à l'université de Bordeaux Montaigne. Le site Internet de la MONA. |Email : jlboulin at etourisme.info (cette adresse apparait en toute lettres pour éviter les robots). |Twitter : @JeanLucBoulin