Les marchés locaux retrouvent une place de choix au coeur des villes, tant sur le plan alimentaire que touristique. Allez, je vous embarque avec moi au marché ! 

Un retour aux sources généralisé

Les marchés ont joué un rôle important dans le développement économique des territoires urbains français. Mais avec l’arrivée de la grande distribution qui s’est progressivement installée à partir de 1950, les consommateurs ont découvert la modernité, ainsi que la facilité d’achat (et de conservation) qu’elle proposait. Et peu à peu, les marchés ont vu leur fréquentation diminuer. 

Or, depuis les années 2000, la tendance s’inverse. On observe un renouveau des marchés, principalement pour deux raisons : les nombreuses crises alimentaires survenues ces dernières années, et une saturation de la consommation de masse. Petit à petit, les consommateurs s’orientent à nouveau vers des produits naturels et moins transformés.  

Ces dernières années, de nombreuses villes comme Brest, Rennes, Bourges, Fontainebleau, et bien d’autres, ont entamé des travaux de rénovation et/ou de modernisation de leurs halles. Toutes ont bien compris qu’il s’agissait d’un mode de consommation qui revenait au goût du jour. A noter que chaque année, il se créé une centaine de marchés de plein air en France, avec une progression du secteur alimentaire de 2 % par an (à l’inverse du non-alimentaire comme le textile qui souffre davantage). Aujourd’hui, on comptabiliserait d’ailleurs plus de 10 600 marchés alimentaires en France, soit environ 1,6 marché par commune. Et parce que cette tendance ne cesse de croître, la charte pour le développement des marchés en France a été lancée en mars 2015 afin de sécuriser et pérenniser l’activité des marchés. 

Pour de nombreux français, le marché n’est pas simplement un lieu d’achat, il est avant tout synonyme de lieu d’évasion, de moment de plaisir, de rencontres, … Une tendance qui s’observe à la hausse ces dernières années un souhait de retour aux sources, de consommer local, de renouer avec l’humain. C’est un lieu où l’on se retrouve entre amis et, contrairement à ce que l’on pourrait penser, on trouve toutes les générations au marché, petits et grands. 

Le marché au coeur des villes

Conscient de l’impact que peuvent avoir les marchés sur l’économie d’une ville (dont l’économie touristique), TF1 a lancé en début d’année l’opération “Votre plus beau marché”, avec pour objectif de “mettre en valeur un endroit qui reste un lieu de vie essentiel dans toutes les villes : le marché” selon Jean-Pierre Pernaut. 

Pendant plus de 4 mois, en partenariat avec la presse quotidienne régionale, TF1 proposait ainsi aux français de voter pour le meilleur marché de France. Il y a d’abord eu un vote régional, puis un vote national pour découvrir, parmi les 25 marchés retenus, lequel serait élu plus beau marché de France. Une belle opération de promotion touristique pour nos chères destinations puisque 400.000 internautes se sont mobilisés pour voter. 

  • Sanary-sur-Mer, PACA
  • Royan, Poitou-Charentes 
  • Saint-Pierre, La Réunion
  • Uzès, Languedoc-Roussillon 
  • Arras, Nord-Pas-de-Calais 
  • Châtillon sur Chalaronne, Rhône-Alpes 
  • Issigeac, Aquitaine 
  • Dieppe, Haute-Normandie
  • Puy-en-Velay, Auvergne
  • Vannes, Bretagne
  • Brive-la-Gaillarde, Limousin
  • Toucy, Bourgogne
  • Troyes, Champagne-Ardenne
  • Nancy, Lorraine
  • Belfort, Franche-Comté
  • L’Île-Rousse, Corse
  • Cahors, Midi-Pyrénées
  • Colmar, Alsace
  • Saint-Valéry-sur-Somme, Picardie
  • Saint-Lô, Basse-Normandie
  • Amboise, Val-de-Loire
  • Versailles, Île-de-France
  • Cayenne, Guyanne
  • Nantes, Pays de la Loire
  • Orléans, Centre

Lors de ce concours, c’est le marché de Sanary-sur-Mer qui a été élu “plus beau marché de France”. Mais ce que l’on retiendra de ce concours, c’est surtout l’intérêt que portent (ou que re-portent) les français à ce mode de consommation. 

Un lieu de visite à part entière

Les marchés font partie des principales demandes des touristes en Office de Tourisme lorsqu’ils se renseignent sur les attraits touristiques du territoire. Et ces requêtes se sont amplifiées ses dernières années, en même temps que la société change face aux modes de consommations alimentaires et touristiques. 

Et même si les Offices de Tourisme n’ont pas attendu ce concours pour communiquer sur les marchés de producteurs, cette opération vient leur offrir une visibilité supplémentaire. 

Des destinations qui communiquent sur leurs marchés il y en a un très grand nombre en France, si ce n’est quasiment toutes. En voici quelques unes : 

  • Le site du CDT des Landes mets en avant la gastronomie et une liste de tous les marchés que l’on peut trouver sur le département, 
  • On trouve également une liste bien détaillée sur le site du CDT du Lot
  • Le département de la Corrèze met lui aussi ses marchés à l’honneur sur son site. 

Outre lister les différents marchés, il est pertinent de valoriser les producteurs du terroir et artisans de bouche du territoire. Cette mise en avant peut passer par des témoignages, des focus sur les producteurs emblématiques, des recommandations des habitants, etc. 

 

Cette opération a entrainé une forte mobilisation des destinations sélectionnées, une occasion pour elles de se faire connaître et d’attirer de nouveaux touristes. Un concours qui tend à être reconduit l’année prochaine. Qui compte s’y inscrire ?  😉