Social, mobile, géolocalisé !
Ce sont les trois mots-clés définissant l’Internet d’aujourd’hui, avec une acuité encore plus vive dans le secteur du tourisme.

*Social*, car à travers les réseaux et médias sociaux, les touristonautes produisent et mettent en ligne toujours plus de contenus, bien entendu concernant leur vie quotidienne, mais évidemment de façon plus aboutie concernant leurs voyages, séjours et loisirs. Le Web social est devenu le réceptacle des photos, films et compte-rendus de vacances, leur procurant une viralité et une visibilité dépassant de loin la soirée diapo entre amis d’avant-hier, et le courriel d’hier.

*Mobile*, car le renouvellement du parc téléphonique et les offres des opérateurs permettent à une population plus importante de disposer de smartphones. Connectés à Internet, mettant à disposition des applications spécifiques, ces téléphones révolutionnent l’information qui peut être fournie pendant le voyage. Ils raccourcissent le temps du cycle du voyageur : trouver l’hôtel ou le restaurant ayant de la disponibilité, réserver et s’y rendre, consommer la prestation et la noter sur des sites ou applications spécialisés ne prennent que quelques heures !

*Géolocalisé*, car la puce GPS à l’intérieur de nos téléphones, la base de données de Google Adresses mise en avant dans les moteurs de recherche spatialisent toujours davantage l’information recherchée. Les principaux réseaux et médias sociaux (Facebook, Twitter, Youtube, Flickr) disposent tous de fonctionnalités permettant de donner sa position ou celle se rapportant au média mis en ligne. Sans parler des Foursquare ou Gowalla dont l’unique but est de fournir cette donnée, agrémentée de
commentaires.

Le monde du tourisme s’en trouve fortement bouleversé. Chaque étape du cycle du voyageur est impactée par un ou plusieurs de ces nouveaux entrants :
* la séduction s’opère davantage à travers les plates-formes de médias sociaux comme YouTube ou Flickr ;
* la base d’information la plus importante est constituée par Google Adresses ;
* la planification d’un voyage peut être effectuée à travers un outil comme « YourTour »:http://www.yourtour.com, combinant les informations de Booking.com pour les hébergements et de Lonely Planet (www.lonelyplanet.fr) pour les activités ;
* la distribution s’effectue sur des réseaux parallèles comme eBay ou Le Bon Coin ;
* la disponibilité en ligne est désormais affichée sur Google Maps ;
* le paiement en ligne avec des clientèles étrangères se trouve simplifié par PayPal ;
* les visites guidées peuvent être effectuées avec des Greeters, comme par exemple à « Lyon »:http://www.lyoncitygreeter.com, ou dans « le Pas-de-Calais »:http://www.greeters62.com/ ;
* l’information est de plus en plus mobile, avec des Web App, des applications
* l’hébergement lui aussi devient communautaire, à travers le « couchsurfing »:http://www.courchsurfing.com ;
* le retour d’expériences est l’apanage de sites spécialisés tels TripAdvisor, Vinivi, Zoover ou Trivago.

Quelle place pour l’Office de Tourisme ? Peut-il lutter contre ces « mastodontes », dont Google, qui donne chaque jour plus de crédit aux rumeurs circulant sur le net et qui dispose d’une position de plus en plus active sur le tourisme ?
Probablement un rôle d’animateur numérique de son territoire, celui de fournisseur mais aussi d’agrégateur de contenus… La voie du partenariat et de l’échange d’informations semble inéluctable.
Mais aussi un rôle d’animateurs de communautés, notamment d’ambassadeurs d’une destination.
Se profile donc une refonte totale du métier de l’accueil physique, avec l’arrivée de nouveaux outils (dont les tablettes), de nouvelles interactions avec les codes 2D (Flashcodes, QR Codes), de puces communicantes (RFID, NFC)…

La révolution numérique dans le etourisme est en marche depuis quelques années, mais le rythme semble encore s’intensifier. Etes-vous toujours dans la course ?

EDIT : heureusement, on a un nouveau Ministre qui va vous aider sur le sujet…

Oh, ça va, on peut rigoler non ?!

PARTAGER
Article précédentPrenez place dans la DeLorean de McFly et faîtes un petit voyage dans un futur très proche !
Prochain articleIrrésistible hotel Montana
Ludovic a démarré sa carrière en Auvergne, à l’Agence Régionale de Développement, puis dans un cabinet conseil sur les stratégies TIC des collectivités locales. Il a rejoint en 2002 l’Ardesi Midi-Pyrénées (Agence Régionale pour le Développement de la Société de l’Information) et a plus particulièrement en charge le tourisme et la culture. C'est dans ce cadre qu'il lance les Rencontres Nationales du etourisme institutionnel dont il organisera les six premières éditions à Toulouse. À son compte depuis mai 2011, il est Consultant etourisme & Web social, intervient sur de nombreux séminaires, manifestations et congrès, accompagne des structures sur leur stratégie, en AMO, ou en formation. Il organise les Rencontres Nationales du etourisme institutionnel pour le compte de l'AEC et la Région Aquitaine à Pau, après les avoir initiées à Toulouse. En 2013, il co-fonde avec ses associés et blogueurs Pierre Eloy et François Perroy la société Agitateurs de Destinations Numériques. C’est à partir de ce travail quotidien qu’il se propose d’alimenter ce blog, en livrant ses impressions et commentaires quant au développement des nouvelles technologies au sein des structures publiques de tourisme. Email : ldublanchet at etourisme point info

AUCUN COMMENTAIRE