juil
2
2012

Google now, le futur Internet de séjour ?

On le sait, Google s'est lancé à l'assaut d'Apple et de son iOS pour Ipads et Iphones...Mercredi dernier le géant de Mountain View a présenté la nouvelle version 4.1 d'Android, son système d'exploitation open source pour smartphones et tablettes.  

La concurrence s'avère rude ! Apple a construit un écosystème cohérent et séduisant, bénéficiant comme d'habitude d'un design remarquable au service d'une "expérience utilisateur" très bien pensée. Google joue la carte de l'open source pour déployer son Android avec des fonctionnalités sommes toutes équivalentes (si, si je vous assure...).
Naturellement, Google veut maintenant prendre l'avantage en mettant Android en convergence et en synergie avec tous les services et contenus de l'univers Google. D'ailleurs, c'est sans doute en raison de cette guerre des services qui s'engage sous nos yeux qu'Apple entend prendre son indépendance par rapport à Google concernant la cartographie...

C'est dans ce contexte qu'a été annoncé lors de cette conférence un nouveau service : "Google now" qui doit nous interpeller. De quoi s'agit-il ? Eh bien rien de moins que d'inverser la démarche d'information de l'utilisateur : au lieu de taper ou d'annoncer ce que l'on cherche, Google propose de "pousser" de l'info pertinente en fonction du contexte dans lequel l'utilisateur se situe, des informations détenues permettant de déduire les souhaits de l'utilisateur, et aussi de son "moteur de savoir" (Knowledge Graph) dont vous parlait Karine Miron ici même.
Par exemple Google now pourrait vous indiquer et vous présenter les monuments à voir à proximité, parce que vous déambulez dans un quartier touristique, vous désigner les restaurants proches correspondants à vos goûts parce qu'il est midi, etc.

Mais n'est-ce pas là justement le début du fameux Internet de séjour dont certains chantres vous rebattent les oreilles jusqu'ici ? Pour preuve ce schéma fourni par Google : 

Il suffirait d'ajouter les propositions de circuits, les évènements, les activités de loisirs et quelques autres petits choses, et vous obtenez un "assistant de séjour touristique" très convaincant et surtout universel, donc "usuel" pour les touristonautes !

Bref, au delà de la polémique sur la protection de la vie privée, à mon avis assez dépassée si l'on exige bien l'accord éclairé des utilisateurs, il nous faut vraiment réfléchir tous ensemble aux bénéfices d'un tel service pour l'accueil touristique et repenser nos modèles en tenant compte de son émergence toute proche (juillet mais de manière restreinte).

Cela pose bien sûr des tas de questions par exemple sur la possibilité d'une coopération entre Google et les institutionnels du tourisme ou encore sur la réelle valeur ajoutée de nos sites ou applis mobiles dédiés... Que faire ? 

Et pourquoi pas bouleverser un tout petit peu le programme des #et8 pour faire place à une réflexion prospective sur ce sujet ? J'dis ça, j'dis rien...

 

Article précédent Synchroniser ses fichiers avec Google Drive Mobile et intelligent Article suivant

Articles similaires

A propos de l'auteur : Paul Fabing

Paul FABING est directeur du RésOT-Alsace (Réseau des offices de tourisme). Architecte de formation, ancien consultant tourisme et chef du service Tourisme de la Région Alsace, il occupe cette fonction depuis 2001. Entre autres missions, le RésOT-Alsace est propriétaire, gestionnaire et animateur du système d’information touristique alsacien qui consolide l’ensemble des informations recensées par les OTSI et de nombreuses structures partenaires. Plus de 100 sites touristiques institutionnels et publics alsaciens (la totalité en fait), beaucoup de sites nationaux publics et privés, la plupart des éditions papier, les actions de promotion et les outils mobiles s’appuient sur cette base de données pour offrir aux touristes des services fondés sur la même information. Ainsi les OTSI se sont placés au cœur de la problématique touristique alsacienne et occupent une place prépondérante dans le développement de l’etourisme avec comme partenaires le CRT et les ADT notamment. Promis, il s’efforcera de ne pas rédiger en Alsacien, et apportera sans doute un petit vent d’est raffraîchissant dans ce blog (les Alsaciens ne sont pas aussi sérieux qu’il n’y paraît…). L’extranet du RésOT-Alsace Alsace. Email : pfabing at etourisme.info (cette adresse apparait en toute lettres pour éviter les robots).

  • http://www.facebook.com/dublanchet Ludovic Dublanchet

    Paul, l’atelier 16 des #ET8 sera dédié à Google, le référencement et toutes les nouveautés que nous n’avons pas pris la peine de citer vu qu’il y en aura sûrement encore d’autres d’ici là !
    Je ne m’emballe néanmoins que très mesurément, car d’une part, se pose la question des données, que Google a pris l’habitude de stocker chez lui (Adresses par exemple), qu’il irait éventuellement chercher chez Etalab le jour où elle y seront toutes disponibles (ça laisse probablement le temps d’un bon vieux cycle internet), et d’autre part, l’universalité que tu mets en avant s’arrêtera aux portes de l’iOS, ça en fait un petit paquet en dehors non ?
    Enfin, entre Schemer pour les évènements, Google+ pour … tout et rien faire, les grandes annonces suivies de pas grand chose à court terme laissent encore une fois probablement le temps d’une première initiative à penser en local avant d’envisager d’utiliser Google now sans coutures dans nos régions…
    Suivons de près ce qui se passera aux US pour voir si le produit prend de l’ampleur !

    • Pfabing

      Ah Ludovic, je t’ai connu plus prompt à adopter sans réserve une nouveauté ;-)
      C’est vrai que l’épopée Second Life doit nous conduire à adopter une sage réserve… Mais quand même, je pense qu’il faut creuser cette question pour savoir si elle peut trouver sa place dans notre problématique d’une « distribution » pertinente de l’information… Il y a sans doute un potentiel à explorer sereinement mais sans tabou…
      D’ailleurs, au passage, remarque avec moi que Google + commence à prendre du sens comme lieu de convergence de la personnalisation des services et du partage des expériences… Une sorte d’effet Kiss Kool peut-être ? 


Recevez les articles par email

Pour vous abonner,
saisissez votre email :