Aujourd’hui, deux outils sous la loupe. Le premier n’est qu’un garde manger iconographique mais je trouve qu’il peut rendre de réels services en simplifiant votre stockage et vos recherches d’images. 

En effet, Fuz.li  est un outil d’agrégation pour vos photos. Vos  photos sont sur Facebook, Twitter, Flickr, Dropbox, FTP, Picasa, Instagram, Picplz, Twitpic… En créant votre compte Fuz.li, vous renseignez l’adresse de tous vos comptes. Fuz.li va alors chercher les photos réparties sur tous ces réseaux, pour les agréger à un seul et même endroit. C’est un outil de synchronisation et de rangement.

Pour un office de tourisme, un des avantages est de regrouper toutes ses photos sur une même galerie et de pouvoir la partager sur Facebook ou Twitter par exemple (pas d’insertion possible sur un site internet apparemment). La galerie peut être en partie personnalisée (choix de thèmes).

 

Storify est un outil de curation : on s’approche du journalisme. Vous souhaitez publier un article sur un sujet. Vous tapez celui-ci dans le moteur de recherche, et Storify ira chercher sur Facebook, Twitter, Youtube, Flickr, Instagram, Google, ou Storify l’ensemble des publications qui traitent de ce sujet. Les éléments trouvés peuvent donc être du texte (un post ou un site internet), des photos, des vidéos, ou juste des tweets. Un rayon de recherche est appliqué pour les tweets et les liens publiés (on précise à Storify d’aller chercher les tweets publiés à moins de 10, 20, 50 ou 100 km).

 Une fois les résultats de la recherche affichés, l’utilisateur fait glisser les résultats qui l’intéressent dans son sujet. Cet outil permet donc de publier un article (l’utilisateur peut entrer des titres ou du contenu à n’importe quel moment) et d’illustrer ses propos grâce à des éléments trouvés sur le web.

 Une fois prêt, l’utilisateur publie son article : Storify lui propose de le publier sur Twitter et Facebook, et envoie un message aux personnes dont on s’est inspiré. Les lecteurs de storify peuvent suivre les auteurs qui les intéressent, ils sont prévenus à chaque fois que les auteurs qu’ils suivent publient. Les utilisateurs peuvent lier leur compte Storify à leurs comptes Facebook, Twitter, Google +, Instagram et Foursquare.

Ici, un rapide exemple sur les Fêtes de Bayonne.

 

Les limites de l’exercice :

  • vous n’êtes plus maîtres de vos contenus et des preuves qui viennent étayer votre sujet (c’est en fonction des ressources que vous trouverez que vous pouvez l’étayer) ;
  • l’outil n’est pas très usité : si par exemple vous choisissez un thème touristique français resserré à 2 ou 3 mots, votre recherche peut très vite s’avérer vaine, si en revanche vous ne saisissez qu’un mot simple, même confidentiel comme planking (vous savez cette drôle d’activité qui consiste à se faire prendre en photo en position couché-allongé dans un contexte insolite) alors vous aurez davantage de succès, surtout que le sujet est iconographique.

Les avantages de l’outil :

  • une nouvelle manière d’aborder des sujets par le hasard du web qui peut révéler de bonnes surprises
  • la possibilité offerte de créer des histoires surprenantes sous le mode storytelling