Le compte-rendu de la première journée des rencontres du etourisme de Pau nous est proposé par Gabrielle Brault et Hélène Richet, étudiantes du Master AGEST.

Les E.T,  ça avait l’air d’être l’événement de l’année. Hier, c’était le premier jour et on n’a pas été déçus !

Une présentation sérieuse, des tweets et des GIFS décalés, un public enthousiaste… la pléinière de 9h nous offre un bon concentré du programme de ces rencontres du e.tourisme.

La salle est comble, et -E.T obligent-, les écrans de smartphones sont au rendez-vous. Guy Raffour nous détaille, chiffres à l’appui, les évolutions du taux de départ, les budgets vacances, le m-tourisme ou encore la satisfaction des agents de réservations. Cet état des lieux consciencieux, rythmé par les commentaires espiègles d’un Guy Raffour facétieux fait la joie du public. Sans oublier la mémorable analogie entre un cheval qui se cabre et l’évolution des m-touristes, saluée par une ovation des spectateurs.

Entre Intelligence artificielle et intelligence émotionnelle, un débat enflammé

S’en suit la Ginger Battle. On y retrouve Antoine Chotard, dont la diatribe endiablée récolte les applaudissements du public, attentif à la riposte de Pierre Eloy. Riposte qui n’en fut que plus savoureuse. 

Jouant sur l’émotion, la prose poétique de Pierre Eloy charme  les coeurs (surtout lorsqu’il demande “d’arrêter d’être faux-culs”, ce qui a donné le titre de ce billet 🙂 … Souhaitant replacer l’humain et la créativité au coeur du processus – ici du monde touristique – Pierre-Eloy nous parle de rencontres, d’échanges et d’initiatives – des notions universelles, simples, qui tendent cependant parfois à être oubliées.

“Que l”on échange les yeux dans les yeux! Et pas les yeux dans l’écran”

Et Pierre Eloy fait mouche. Et le public en redemande.

Ponctué de rires, le débat n’en soulève pas moins de vraies questions : comment vivre, travailler, dans un monde où l’intelligence artificielle occupe une place de plus en plus prépondérante ? Quelle sera la place de l’humain dans les métiers du tourisme dans 10 ou 20 ans ?

Ce débat, plus qu’il ne divise, nous fait réfléchir à de possibles – et indispensables- collaborations entre intelligence artificielle et intelligence émotionnelle. 

Une journée immersive pour vivre “the experience of localhood” des pros du tourisme 

Entre tactiques digitales, expériences clients, stratégies et observations, il y en avait pour tous les goûts.

Mais le coeur de cet événement se trouve en dehors des salles de conférence : dans les rencontres, les projets qui se construisent. Les désaccords aussi. C’est ce bouillonnement, ces dialogues, ces échanges que l’on vient chercher. Et qui fait très certainement que l’on revient.

Vivement aujourd’hui que nous continuions à vivre parmi les locaux du etourisme, la fameuse experience du localhood que présentait hier Bjarke HJORTH, de Tourisme Copenhague..