En 2009, Tourism Australia (TA) a fait un tabac avec sa fameuse campagne Best job in the world. Un heureux gagnant a décroché le boulot de rêve en devenant gardien de la Grande Barrière de corail sur une île déserte, contre une rémunération non négligeable. L’opération a été reprise l’an dernier sous une nouvelle mouture  afin de séduire cette fois-ci les travailleurs-visiteurs.

En France, c’est en Bretagne qu’il fallait postuler pour obtenir l’emploi rêvé cet été. Avec comme objectif de freiner le déclin de l’activité touristique dans la région et de lui donner un nouveau souffle promotionnel par une approche plus dynamique, le Club Hôtelier de la côte de Granit Rose a lancé  le jeu concours Job de Rêve, variation assez originale de ce thème que l’on pensait déjà usé.

breatagne

Le principe est le même : on a demandé aux français de postuler en soumettant une lettre de motivation accompagnée d’une photo. Mais ce qui est intéressant ici, c’est l’emploi en question : testeur d’hôtels. Qui en tourisme n’a pas déjà rêvé de sillonner le monde entier pour décrire, conseiller et évaluer l’offre touristique, toutes dépenses payées, pour grandes maisons d’éditions de guide de voyages ? Moi oui, en tout cas! Le prix : 30 nuits d’hôtels partout en Bretagne en pension complète (avec activités et restaurants), en plus de 2000€ pour les petites dépenses.

L’appel s’est fait entendre. Plus de 5000 chômeurs ou rêveurs ont rapidement postulé (20 000 visites du microsite en un mois) mais seulement 10 dossiers ont été retenus par un tirage au sort.  Par la suite, le jury a délibéré en fonction du dossier de présentation et c’est une veinarde de Châtelaillon-Plage, Lucie Bermengo, qui sera la testeuse d’hôtels en Bretagne à partir du 1er septembre prochain.

 Un blogue sera spécialement créé et lancé incessamment afin que la nouvelle employée puisse partager ses impressions sur l’ensemble des prestations touristiques qu’elle aura la chance d’expérimenter. M David Kereveur, chargé de communication et responsable de cette campagne compte miser  sur l’effet buzz généré dans les différents médias (traditionnels et sociaux) pour donner un effet de levier à l’opération.

Suite au succès de l’opération,  j’ai obtenu confirmation qu’elle sera reconduite l’an prochain. Et si jamais les candidatures d’outre-mer sont admissibles, je peux vous assurer qu’il y en aura une du Québec  ! 🙂

 

PARTAGER
Article précédentRéflexions de fin d’été sur l’accueil numérique
Prochain articleLa place du numérique dans l’office de tourisme du futur, aujourd’hui…
Employé de Tourisme Québec depuis 1996 et détenteur d'une maîtrise en administration publique et d'une autre en gestion et planification du tourisme, Julien Cormier est, depuis 2009, directeur de la promotion. Il coordonne les campagnes et actions promotionnelles à l'étranger en plus des activités de marketing électronique relatives au site touristique officiel BonjourQuébec (QuébecOriginal), des productions promotionnelles imprimées, de la banque photos et vidéos. Depuis 2008, il oriente les actions promotionnelles dans les réseaux sociaux. De 2005 à 2010, il a été un membre actif de l’Initiative en e-tourisme de la Conférence des Nations unies sur le Commerce et le développement à Genève. Ce groupe vise à aider les pays les moins avancés en développant des stratégies d’e-tourisme en donnant des séminaires sur le marketing électronique et les systèmes de gestion de la destination. Il débute en 2012 sa nouvelle aventure paraprofessionnelle comme blogueur au sein de l'équipe d'etourisme.info dans lequel il compte partager ses trouvailles, ses idées mais surtout sa passion sur tout ce qui touche de près ou de loin l'e-tourisme!